FREAKS !

Partagez|
MessageSujet: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Jeu 22 Fév - 18:14

Tu as bien dû passer une heure pour trouver comment réparer cette boule à facette au beau milieu de la piste du haut de ton échelle pendant que la foule continue de danser dans une pièce plongée dans une semi pénombre.
Tu n’as cessé de pester envers les quelques buvards qui s’amusaient à se jeter sur les pieds du seul fil qui te tenait à la vie en cet instant. Certains ont lancé des remarques désobligeantes, hey l’électricien, plus viiiite. Tu ne supportais pas qu’on t’appelle « l’électricien ». Ce job, tu le hais. Tu n’y comprends pas grand chose et tu t’efforces d’apprendre malgré tout dans l’espoir d’y gagner quelques quids.

En arrivant à Dedale, tu n’as pas perdu de temps. Tu savais que c’était la vie ou la mort et il y avait quelque chose de fascinant dans ce concept qui t’a poussé à endurer plus que tu ne l’as jamais fait dans ton existence précédente.

Péniblement, tu te laisses glisser le long du mur à la sortie du club. Tu pousses un soupir las tandis que le brouhaha à l’intérieur monte en crescendo et fait vibrer le sol. Tu passes le revers de ta main sur ton front et en essuies la sueur. Ton dos est meurtri, tes yeux chargés par les cernes - tu devrais sans doute rentrer dormir, mais tu ne trouves pas la force ni la motivation de te lever.

Tu étales tes jambes mais c’était sans compter celui qui passait par là, au mauvais moment.

« Oh. Désolé. »

Tu le penses à peine.


skip the beat


avatar
Popularité : 114

HP & QUIDS
QUIDS: 220
HP:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Ven 23 Fév - 16:46



huit heures : un humain plus courageux que les autres s'infiltre chez toi dans l'objectif à peine déguisé de t'enfoncer un pieu à travers la cage thoracique. il te faut une solide une demie-heure pour le convaincre que non, tu ne tomberas pas en poussières, que dans le pire des cas tu seras contraint d'aller acheter du désinfectant à la pharmacie, et que oui, bien sûr, s'il persiste à chercher à t'assassiner, il te sera nécessaire de le jeter par la fenêtre de ton appartement.

onze heures : tu es secoué d'une interminable série d'éternuements après avoir ingéré une salade qui, d'après le label bleu et jaune imprimé sur l'étiquette, ne devait convenir 'NI AIL NI OIGNON VAMPIRE SAFE VEGAN GLUTEN FREE'. tu rédiges déjà mentalement une review bien sentie que tu posteras sur tripadvisor dès l'instant où tu recommenceras à respirer.

quatorze heures : une vieille dame à l'église renverse accidentellement ton jus de betterave sur ta chemise BLANCHE. tu lui dis : de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l'alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l'esprit de la grâce ? ce qui est plus ou moins l'équivalent biblique de 'mais va bien niquer ta race, grognasse'. elle ne saisit pas le message subliminal et s'en va tâcher la chemise de quelqu'un d'autre.

dix-sept heures : tu es de garde au cabinet vétérinaire cet après-midi, et aucune de tes stagiaires n'accepte de pratiquer la chirurgie à ta place, te condamnant à abandonner dix-neuf chats à leur triste sort. plus tard, tu annonceras à leurs propriétaires éplorés qu'ils sont maintenant dans un endroit meilleur. 'je ne savais pas que les catholiques reconnaissaient l'existence d'un paradis pour chat'. et pour cause : tu parlais de la morgue.

vingt heures : ton fournisseur habituel de pilules protéinées-sanguinifiées est en congé paternité, mais le besoin est si pressant que tu te risques à accepter la marchandise d'un homme hautement suspect dans une allée sombre. ce sombre connard t'a vendu des skittles.

vingt-trois heures : tu marches en direction de ton immeuble d'un pas simultanément pieux et enragé (ta marque de fabrique) quand un sans-abri décide de te faire une balayette, comme ça, sans pression. tu t'étales de tout ton long sur le trottoir, la tête la première : tes mains sont restées coincées dans tes poches et tu n'as pas pu amortir ta chute. tu es donc : 1) très plat, 2) humilié, 3) résolument AU BOUT DE TA VIE. 'oh, désolé', qu'il te dit. tu te décolles de l'asphalte, époussettes au mieux ta chemise bicolore, et souris à ton agresseur nouvel ami.

- abi pedicatum terrae tuber, tu annonces. ça veut dire : dieu pardonne les pêcheurs. plus ou moins. tu t'accroupis pour mieux le regarder. coupe de cheveux homemade, expression de cocaïnomane, vêtements moches : clairement, cet homme a besoin d'aide immédiate. est-ce que tout va bien ? vous pouvez vous lever ?




avatar
Popularité : 75

HP & QUIDS
QUIDS: 397
HP:
100/100  (100/100)
DARKCRY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Sam 24 Fév - 12:13

Ton se hausse dès lors que les informations ne parviennent plus jusqu’à ton cerveau. Cet étrange type commence à te parler dans une langue qui te rappelle celle des Sims pendant quelques courtes secondes avant que tu finisses par te dire que c’est très certainement du latin.
Pourtant, même quand monsieur reprend un langage VIVANT tu n’es pas sûr de process non plus.  Cette fois, tu fronces les sourcils. C’est un dingue. À tous les coups un de ces fanatiques de dark… tu ne sais plus quoi. Tu as entendu que beaucoup d’humains s’étaient ralliés à cette cause religieuse et dérangée. Après tout, c’est bien la seule chose qui peut leur rappeler leur vie d’antan, très certainement.

La conversation prend une tournure plutôt inattendu : c’est lui qui te demande si tout va bien. Ah. Eh bien…

« Euh. »

Tu secoues la tête et ajoutes d’un maigre sourire :

« Oui, oui ! Désolé de vous avoir inquiété. »

Autant jouer le jeu jusqu’au bout. Et cela a eu le mérite de te donner la force de te relever. Tu prends ta manette pleine d’outils - dont tu ignores l’utilité de la moitié - pour te donner l’air plus sérieux.
Tu t’accordes quelques secondes à l’observer - c’est bien la seule chose à laquelle tu es doué ici bas. La première chose qui te saute aux yeux est sans nul doute cette énorme tâche pourpre au beau milieu de sa chemise. Tu n’oses pas t’approcher davantage pour sniffer la tâche histoire de te décider s’il s’agit de reste de repas SANGLANT ou juste arrosé. À en juger par la pâleur de sa peau, tu t’accordes à dire que tu as très certainement affaire à un vampire. Tu te retiens de déglutir pour rester le plus naturel possible. Ici, paraître effrayé ou stressé est un premier pas vers la mort.
Il est peut-être temps pour toi de te faire quelques connaissances du bon côté de la barrière.

« Le repas était bon ? »

Dis-tu en fixant l’auréole rouge sur le tissu.


skip the beat


avatar
Popularité : 114

HP & QUIDS
QUIDS: 220
HP:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Dim 25 Fév - 12:14



à défaut de vampire, tu as quelque chose de l'hydre : un monstre aux cent visages et autant d'intentions. aussi loin que tu te souviennes, l'hypocrisie a toujours fait, chez toi, office de seconde nature - puis de troisième, quatrième, et ainsi de suite. pourquoi jouer sur deux tableaux seulement dans les galeries du monde ? comme une incarnation de janus, le dieu romain bi-faces - tu prêches à la fois la vérité et le mensonge, et les cinquante nuances d'ambiguité logées entre les deux. des commencements et des fins, des choix et des portes : la parole, utilisée intelligemment, déverouilles toutes les serrures.

tu te tiens debout, très droit, les bras croisés (tu as envisagé de lui tendre la main, mais les siennes avaient l'air plutôt sales, et franchement, tu commences à en avoir par-dessus la tête de ces pégus à l'hygiène approximative), affichant ton expression la plus ouvertement soucieuse (tu sais qu'elle est à double-tranchant : tes yeux rouges n'inspirent pas nécessairement la confiance, mais les lentilles de contact ont tendance à fondre dans tes yeux. après une douzaine de visites chez l'ophtalmo, il t'a fallu renoncer) et l'ombre d'un sourire. Ton interlocuteur aux cheveux de foin semble décontenancé (tu ne sais pas exactement par quoi, mais après tout, cet homme est un cocaïnomane). Il s'empresse de s'excuser : oui, oui, désolé de vous avoir inquiété. tu n'es si inquiet ni miséricordieux - dans le doute, tu ne pardonnes jamais.

ce type est très clairement en manque - il te fixe, comme hypnotisé (c'est normal, parce que tu es très sexy), et l'espace d'une fraction de seconde, semble frappé d'horreur (peut-être que tu es TROP sexy). un instant plus tard, le masque d'indifférence quasi-apathique est de retour, mais il n'a pas détourné le regard. le repas était bon ?, il demande. c'est ton tour d'être perplexe.

- mes skittles ? j'ai connu mieux. tu plonges une main dans ta poche, venant y pêcher quelques bonbons. les dragées colorées contrastent avec ta peau trop pâle. il te paraît soudain évident qu'il était absolument impossible à ce junkie - ou à qui que ce soit d'autre, d'ailleurs - de savoir ce qu'il y avait dans ta poche. ta putain de chemise t'était sortie de l'esprit, avec toutes ces histoires. tu regardes le mec. tu regardes la tâche. tu regardes le mec regarder la tâche. L'ampoule s'allume dans ton cerveau - eureka. ah ! non. j'ai été dérangé. une vieille dame. on ne l'y reprendra plus. tu souris de toutes tes canines. ce n'est pas très grave, de toute façon, je vais dîner très bientôt.

effectivement, tu n'es qu'à une quinzaine de mètres de ton immeuble, où t'attend un réfrégirateur entier de jus de betterave. tu salives rien que d'y penser...




avatar
Popularité : 75

HP & QUIDS
QUIDS: 397
HP:
100/100  (100/100)
DARKCRY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Dim 25 Fév - 13:51

Lorsqu'il mentionne les skittles, tu te retiens de lui éclater de rire au visage. Tu as toujours eu une profonde fascination pour les buveurs de sang - en admettant que ton interlocuteur en est un - mais l’image de ces bêtes raffinées vient de prendre un tout autre aspect.
Il est toujours dérangeant - mais à la fois intriguant - de discuter nourriture avec les autres espèces. Ils vous parlent de déguster vos congénères façon steak tartare humain avec quelques frites de façon naturelle à tel point que cela ne choque plus vraiment (à partir du moment où tu n’es pas sur le menu, bien entendu).

Tu ne t’apprêtes pas à l’empêcher de partir. Bien au contraire, tu serres un peu plus fort la poignée de ta mallette en te disant qu’il te faudrait presser le pas car cet individu, malgré son sourire carnassier, ne t’inspire rien de bon pour la suite. C’était sans compter le bruit sourd d’une explosion à quelques mètres de là.
On ne s’habitue jamais à la vie ici - jamais. Tu peux mourir au premier tournant, et tu en es bien conscient. Il faut être alerte jours et nuits, dormir le moins, sortir le peu, rester seul le plus. Ce sont des règles que tu t’es vite appliqué lorsque tu as compris que tu étais dans la toute dernière case de la chaîne alimentaire, que tu n’avais que tes jambes pour courir et ta tête pour prier.

Ce soir, tu n’as pas prévu de mourir. Tu vois la foule paniquer au loin et s’approcher en courant -  tu soupçonnes des terroristes de bas étage à l’origine de l’attaque mais tu n’as pas spécialement envie d’aller vérifier tes soupçons.

« Par là. »

musique - Dans le plus grand des calmes, tu le tires par la manchee et l’entraîne à l’intérieur du club. Les portes blindées feront sans doute l’affaire et il y a une sortie de secours plus loin au cas où cela dégénérait à l’intérieur également.
Vous voilà plongés dans un flot de néons, de fumées et d’odeurs. La musique couvre vos pas, la pénombre vos visages. Tu aurais peut-être dû le laisser au beau milieu du chaos, mais tu ne peux pas te résigner à te faire des ennemis - vampires, qui plus est.

Dehors n’existe plus, on le l’entend plus, on ne le voit plus.

« C’est plus sûr de rester ici jusqu’à la fin de l’attaque dehors. Alors… »

Tu te retournes vers le bar et attrape deux grandes pintes de bière.

« Santé ? »

Un sourire satisfait creuse tes joues tandis que tu t’enfiles une première gorgée. Tout ça devenait presque un prétexte pour te saouler ce soir.


skip the beat


avatar
Popularité : 114

HP & QUIDS
QUIDS: 220
HP:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Dim 25 Fév - 21:00


un grand bang, si proche que tu sens l'asphalte trembler, immédiatement suivi par une série de hurlements inintelligibles. c'est la troisième explosion aujourd'hui ; tu le sais, parce que tu as aidé à élaborer les plans. une première bombe ce matin, à l'ouest de dartmouth, suffisamment puissante pour ébranler les murs de la vieille usine sans pour autant compromettre la solidité des fondations, une seconde vers quatorze heures, en périphérie de chinatown, et la troisième derrière les bâtiments du centre de loisirs, vers onze heures - le bouquet final. tu n'as pas besoin de consulter ta montre pour savoir que le timing a été respecté à la lettre : on ne désobéit pas à jezebel.
c'est dans l'effroi qu'on se tourne vers dieu - vers lui que nos mains se tendent lorsqu'on tombe dans le vide, à cet instant fatidique où l'air semble se solidier dans nos poumons, nos jambes se dérober, notre gorge se nouer. c'est face à la mort qu'on se surprend à prier ; dans un immeuble en flammes, chaque homme devient inévitablement religieux. ceux qui vivent viennent chercher à l'église un sentiment de sécurité - les autres font office de martyrs. c'est auprès du seigneur, aussi, qu'on les pleure. le napalm n'a jamais été aussi profitable.

tu devais être déjà en sécurité dans ton appartement, mais tu as perdu de précieuses minutes sur le marché noir, à la recherche d'un dealer un tant soi peu crédible - tu le maudirais. maintenant, tu cours le risque d'être emporté par la marée humaine, un dommage collatéral comme autant d'autres, tel mufasa écrasé par les gnous. tu retiens difficilement un juron ; tu es fatigué, tu voudrais prendre une douche, et surtout, tu as faim, à tel point que tu pourrais figurativement et littéralement manger quelqu'un. et tu pensais que ta journée ne pouvait pas être pire.
tu as à peine le temps d'évaluer tes options (option 1 : renoncer définitivement à ton existence misérable et te laisser aplatir par la foule & option 2 : courir) que ton compagnon d'infortune s'est relevé et t'entraîne par la manche (ta pauvre chemise), directement à l'intérieur de la discothèque.

la salle est noire de monde : autant de corps moîtes en mouvement, peau contre peau à la lueur des néons. tu te surprends à saliver. tu laisses échapper un grognement de frustration (GNNNNNNNNNNNNGH), rendu inaudible par la musique, un morceau au tempo frénétique qui, déjà, te promet une sale migraine. tu n'es pas un très grand fêtard, et très honnêtement, tu considères que tu as largement passé l'âge de sortir en boîte de nuit. tu glisses un skittles vert dans ta bouche, dans l'espoir d'un effet placebo, et t'efforces d'ignorer les danseurs, et a fortiori, à quel point ils te paraissent appétissants à l'heure actuelle. c'est plus sûr de rester ici jusqu'à la fin de l'attaque dehors, alors... santé ?

tu reportes ton attention sur le blondinet, qui brandit présentément dans ta direction deux grandes pintes de... urghhhhhhhhh. de bière. tu détestes la bière. La bière, pour toi, c'est de l'urine de chameau. tu es plutôt du type 'grand cru de bordeaux au clair de lune', parce que tu respires la sophistication. tu saisis l'offrande avec ton sourire le plus reconnaissant - tu as tellement l'habitude d'être monsieur-le-parfait-gentleman qu'il t'est presque impossible de t'en dépêtrer, même dans une situation aussi ridicule que celle-ci. avec un peu de chance, tu te dis, ça te donnera tellement la nausée que tu n'auras plus envie d'avaler quoi - ou qui - que ce soit.

- merci beaucoup, tu lui dis. dans la pénombre, ton nouveau camarade a l'air nettement moins misérable - des fossettes viennent creuser son visage quand il sourit. visiblement, l'alcool réussit à certains. c'est un humain, tu penses - ou un alien particulièrement bien intégré. pas un loup-garou, ni un zombie : tu les reconnais à l'odeur. tu tentes une première gorgée : c'est dégueulasse, mais tu survivras. de toute façon, il te sera impossible de quitter les lieux pour au moins la prochaine heure, le temps que la foule s'éparpille, que l'on déblaye les gravats, que l'on emporte les cadavres. tu préfères ne pas y penser. je paye la prochaine. de la chaleur dans la voix. tu t'adosses au comptoir. je ne me suis pas présenté, je crois. tu sais. on m'appelle azraël.




avatar
Popularité : 75

HP & QUIDS
QUIDS: 397
HP:
100/100  (100/100)
DARKCRY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Dim 25 Fév - 21:23

musique - Le sol tremble mais tu ne saurais dire s’il s’agit de l’explosion ou des pas enflammés sur la piste. Face à vous se dresse une vague humaine qui gronde et qui s’agite. Ton anxiété prend le dessus quelques secondes. Tu n’aimes pas te sentir à l’étroit de la sorte si bien que tu t’efforces de rester coller au comptoir dans l’espoir de fusionner avec.
Tu serres un peu plus ton verre dans ta main en buvant, buvant, buvant. Peut-être que l’alcool te montera assez à la tête pour te faire oublier cette sale soirée et que tu peux, éventuellement, t’amuser dans un club miteux rempli de dingues qui seraient prêt à te sauter à la gorge pour accompagner leur bière pisseuse.
Tu grimaces, le goût est immonde et tu ne t’en caches pas.

De l’autre côté, tu es plutôt étonné de la légèreté de ta discussion avec l’inconnu qui se présente quelques secondes après sous le nom d’Azraël. À Dedale, tu es plutôt du genre à faire profil bas. En dépit d’appartenir à la mauvaise espèce, tu as appris de toi-même que les gens sur cette foutue île avait oublié toute forme de civilisation et qu’il était plus commun de saluer quelqu’un avec une patate dans la gueule plutôt qu’avec la bise.

« Sixte. »

Réponds-tu brièvement avant d’ajouter dans un soupir :

« Dire que j’ai passé la soirée à réparer cette boule à facette… j’en ai marre de la voir ce soir. »

Vivement que l’émeute à l’extérieur s’en aille pour que tu puisses te terrer dans ton studio minable.

« Bon. On se saoule et on danse, ou on se saoule et on avoue nos pires péchés ? » Tu pouffes de rire « Mais sans vouloir vous vexez, vous avez rien d’un grand danseur. »

Tu n’as pas pu échapper à ce ton moqueur qui t’est propre.



skip the beat


avatar
Popularité : 114

HP & QUIDS
QUIDS: 220
HP:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Lun 26 Fév - 15:47


tu as tendance à éviter les plaisirs de l'alcool : ça ne colle pas avec tes allures pieuses et respectables, avec cette maîtrise absolue de soi que prônent les apôtres. même aveuglé par le désespoir, on ne place pas sa vie entre les mains d'un homme saoûl. aux yeux des fidèles, tu ne fumes pas, tu ne bois pas, tu ne manges pas gras, regarde le résultat, t'as même pas besoin d'être grand pour faire du mannequinat. ipso facto, les occasions de solidement te marraver la tronche se sont radicalement espacées, et ta résistance s'est lentement mais sûrement érodée, te laissant aussi vulnérable aux effets de la liqueur qu'un collégien à sa première desperados fuego.

tu as le rouge aux joues, et sur ton teint de navet, c'est un contraste saisissant ; tu as vidé ta première pinte d'une seule traite (glurg), et déjà, les effets s'en font sentir - tu as un peu moins faim, beaucoup plus chaud, et très nettement envie de t'allonger sur le comptoir à la sauce titanic. heureusement, tu parviens à te concentrer suffisamment sur les platitudes de ta conversation pour résister à tes pulsions : sixte, dit-il, et déjà tu n'es pas exactement certain de savoir à quoi il fait référence. ah oui. SON PRENOM. tu réalises soudain que tu ne l'avais pas demandé, et tu ressens le besoin immédiat de te flageller : sans tes bonnes manières, tu serais vraisemblablement beacoup moins friqué, et tu ne peux pas te permettre de les oublier. dire que j’ai passé la soirée à réparer cette boule à facettes… j’en ai marre de la voir ce soir. tu prends finalement en compte l'existence de la boîte à outils que ton compagnon a déposé à ses pieds - une sorte de technicien, vraisemblablement, le genre qui tripote des boules qui brillent à longueur de soirée. toi aussi, tu as des boules qui brillent. tu décides de ne pas lui faire part de cette observation. bon. on se saoule et on danse, ou on se saoule et on avoue nos pires péchés ? mais sans vouloir vous vexez, vous avez rien d’un grand danseur.

tu es piqué au vif, et tu essayes simultanément de froncer et de hausser les sourcils, affichant une expression à mi-chemin entre le sourire de beau gosse et la grimace d'agonie. tu as toujours été particulièrement susceptible, et des années de travail sur toi-même et de multiples passages sur wikihow (www) n'ont pas suffi à désensibiliser ton ego. il s'en faut de très peu pour que tu ne lui jettes pas immédiatement ton verre (vide) au visage et que tu partes immédiatement te ridiculiser sur la piste de danse dans une démonstration de hip-hop endiablée (tu n'en as jamais fait auparavant, mais tu as suivi des cours de valses classiques quand tu étais enfant, et ça doit être à peu près la même chose). c'est le mot péché qui te retient - de longues heures enfermé dans le confessional t'ont appris qu'il n'y a rien de plus divertissant que les secrets des autres, et l'alcool semble décupler ton enthousiasme. tu oublies d'être vexé.

- les apparences sont parfois trompeuses. mais les péchés d'abord, la val-le break-dance plus tard. tu souris toujours - un peu plus sincèrement peut-être. tu te tournes vers le bar pour y commander quelque chose qui pèse un peu plus dans le game : tu n'es pas exactement sûr de ce que tu obtiens, mais rien ne saurait être pire que la bière que tu viens d'avaler. tu tentes une gorgée - sucrée. deux mensonges une vérité ? des jeux de lycéens : si tu t'autorisais à réfléchir, tu aurais profondément honte de toi. je vous laisse commencer.




avatar
Popularité : 75

HP & QUIDS
QUIDS: 397
HP:
100/100  (100/100)
DARKCRY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Lun 26 Fév - 17:24

musique - Tu es prêt à parier qu’Azraël préfère trouver un moyen de se saouler avant de se ridiculiser sur la piste de danse. Soit, cela se tient. Toi non plus tu n’irais pas de trémousser comme une énergumène au beau milieu de… ça, en sachant que tu n’as définitivement pas fait de balais ou de hip hop dans ta jeunesse. Ton truc, ça a toujours été de rester enfermé dans une pièce sombre en écoutant de la musique sombre et en te disant que vivre, c’est de la merde. Tu te qualifiais même de misanthrope. Si seulement ce jeune toi savait que tu aurais besoin de l’Autre pour ta survie, quelque part paumé sur une île au beau milieu de la mer du Japon…

Deux mensonges une vérité qu’il te dit et tu regrettes déjà d’accepter de jouer à ce petit jeu. Moins les autres en savent sur toi, mieux tu te portes. Tu soupires et t’accordes quelques écarts ce soir, dans l’espoir que l’alcool finisse par tout effacer le lendemain.

« Très bien… »

Un sourire se dresse et tu réfléchis. Le mensonge est ton second langage. Être honnête, à l’inverse, ne fait pas parti de ton vocabulaire quotidien. L’autre jour, tu as réussi à faire croire à un vendeur que tu étais manchot pour qu’il puisse porter tes courses à ta voiture - l’avantage d’avoir des vêtements oversized, merci tumblr pour ce sens de la mode.

« Je fréquente des bars gays. » Silence. Tu regardes autour de toi, hésitant. « J’ai été accusé d’un crime que je n’ai pas commis. » Tu commences à jouer avec ton verre, nerveux malgré toi. « J’ai le syndrome d’Asperger. »

Tu regardes ton compagnon du coin de l’oeil, curieux de sa réaction - bien que tu ne t’attends pas à voir autre chose qu’un sourire presque trop grand pour être sincère.
Et quelque chose te dit que tu n’es pas au bout de tes surprises. Mais sera-t-il véritablement honnête pendant cette partie ? Tu en doutes.

Tu finis le verre cul-sec. Le goût n’est pas mauvais comparé à la pisse pétillante que tu as englouti quelques secondes plus tôt.



skip the beat


avatar
Popularité : 114

HP & QUIDS
QUIDS: 220
HP:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Lun 26 Fév - 20:13


tu fais des mouvements d'alpaga avec ta tête, au rythme de la musique.

l'alcool crépite sur ta langue comme autant de feux d'artifices - comme un goût de napalm, bang. ces gens n'avaient aucune chance de s'en sortir : ce n'est plus un attentat, c'est une éxécution. tu cherches au fond de toi une once de culpabilité - tu palpes, dissectes, aiguillonnes ta conscience ; rien à faire. tu restes indifférent. des vers du lévitique : il présentera au sacrificateur en sacrifice de culpabilité...
tu portes le verre à tes lèvres, une fois de plus. tu n'es pas un très bon chrétien.

très bien... je fréquente des bars gays.
ça a le mérite de te reconnecter illico presto à la réalité et à regarder ce type - sixte - bien en face. maintenant qu'il le dit, ça ne te surprendrait pas outre mesure : il est svelte, avec des traits fins, quasi-féminins. pas viril pour deux quids. il est plutôt ton genre, mais ça, il te faudrait bien plus que deux verres pour le formuler à voix haute ; la foi est puritaine, ou faute de mieux, résolument hétérosexuelle. ça va faire plusieurs mois maintenant que tu n'as même pas fait LA BISE à un homme. j’ai été accusé d’un crime que je n’ai pas commis. pleure-moi une rivière - tout le monde est coupable de quelque chose. tu écoutes intensément, maintenant. j'ai le syndrome d’asperger. traduire : il se peut que je sois réellement autiste ou il se peut que j'ai lu le mot sur doctossimo il y a deux semaines et que j'ai trouvé ça super cool. difficile à déterminer - le spectre de la neuro-atypie est coloré d'un million de nuances aux spécificités et aux comportements propres.  tu ne souris plus - tu réfléchis, et ton cocktail semble t'empêcher de faire plus d'une chose à la fois.

- pas mal. il se pourrait que tout soit vrai. tu te mords la lèvre, pensif - tu les abîmes, tu le sais, mais tu n'as jamais réussi à te débarasser de ce tic. on va dire la dernière. avec un physique pareil, tu n'as vraisemblablement pas besoin d'un bar pour rencontrer qui que ce soit. sans émotion : comme parler de la météo. le vouvoiement a glissé de ta voix, emporté par les prémisses de l'ivresse. j'étais marié, avant dedale. tu te laisses tomber sur l'un des hauts tabourets. je n'ai jamais tué personne. demi-sourire. je ne crois pas vraiment en dieu.




avatar
Popularité : 75

HP & QUIDS
QUIDS: 397
HP:
100/100  (100/100)
DARKCRY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Lun 26 Fév - 20:42

musique - C’est vrai ; avec toi, tout pourrait être vrai comme tout pourrait être faux. Tu es un caméléon, capable du meilleur comme du pire comme cela t’enchante. Tu peux t’affirmer serial killer comme sauveur, archéologue comme sans abri, génie ou idiot - tout fonctionne, tout le temps. Il faut croire que tu es naturellement né électron libre, ou neutre, avec cette possibilité de te faufiler dans toutes les cases possibles. Tu espères un jour pouvoir tromper les gens sur ta race, peut-être que ça te sauverait de situation incongrues.

Azraël finit par terminer que ta seule vérité est ton syndrome d’Asperger. La vérité, c’est que tu l’ignores - bien que tu as remarqué certains traits de ton comportement très similaires aux autistes. De là à te diagnostiquer tout seul ? Tu en doutes.
Tu préfères ne rien en dire, si ce n’est :

« Je vous laisse le bénéfice du doute mais… Est-ce qu’un Asperger pourrait faire… ça !? »

Ni une ni deux, tu chopes la première paire de fesses qui te passes sous la main. Fier de ton coup - l’alcool les enfants, n’en buvez pas - tu te mets à ricaner grassement avant que ta victime se retourne dramatiquement.

la victime :
 

...

Tu as très envie de vomir. Tu préfères tourner la tête vers Azraël avec le visage blafard et continuer ce jeu idiot dans l’espoir d’effacer cette image de ta tête - ou bien tu devras plonger ta main dans de l’acide en rentrant.

À son tour, ton partenaire fait preuve de fourberie. Tout pourrait être vrai comme tout pourrait être faux. L’espace d’un instant, ton regard devient plus sérieux et ton sourire plus mesquin. Aurais-tu trouver un autre électron libre ?

Marié ? Cela semblerait être une possibilité. Plutôt beau, propre sur lui - quoi qu’un peu jeune, mais tout le monde fait des erreurs. N’avoir jamais tué personne ? Oh, allons. C’est un vampire. Et c’est Dedale. Ca ne tient pas ici. Ne pas croire en Dieu ? Mh… Tu hésites un instant.

« Je pense… que vous ne croyez pas en Dieu. »

Tu te penches vers lui et murmure :

« Je vois bien dans votre jeu, Azraël. Vous ne m’aurez pas avec vos salades. »

Silence.

Et tu exploses de rire. (oui, toujours l’alcool, tu ne sais définitivement plus ce que tu racontes)

« Haha, faites pas cette tête ! Je plaisante. Même si en effet je ne pense pas que vous croyez sincèrement en Dieu. Sinon, je dirai que votre vérité est… cette histoire de mariage. »


skip the beat


avatar
Popularité : 114

HP & QUIDS
QUIDS: 220
HP:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Mar 27 Fév - 12:20


tu es beau joueur mais mauvais perdant : un délice de dualité.
faute de mensonges, tu as opté pour des presque-vérités - des certitudes erodées par tes humeurs corrosives. katrina ; katrina et son expression unique, ses mains glacées, ses yeux absents. katrina aux colères immobiles, aux désirs dissonnants, aux joies brèves mais fiévreuses. tu t'abandonnes au souvenir un instant - comme un enfant qui appuierait sur le spectre d'une ecchymose. la douleur, comme un membre-fantôme, est incisive et immédiate. oh, katrina, aux amours multiples.

je te laisse le bénéfice du doute mais… est-ce qu’un asperger pourrait faire… ça !?
tu observes attentivement sixte saisir à pleines mains le fessier de l'individu le plus laid que tu aies jamais vu de toute ton existence, et son expression à la fois horrifiée et déconfite t'arrache un éclat de rire - haut et saccadé, comme un adolescent. je pense… que vous ne croyez pas en dieu. quelque chose au fond de toi tire la sonnette d'alarme : réveille-toi, azraël, ressaisis-toi, concentre-toi. une gorgée de plus. je vois bien dans votre jeu, azraël. vous ne m’aurez pas avec vos salades. de quoi te faire froid dans le dos - et pourtant, tout ce que tu trouves à lui répondre, c'est que tu n'as que des betteraves. il semblerait que ta rhétorique se soit noyée dans ton verre. la vérité, c'est que toi-même, tu n'es plus tout à fait certain de voir clair dans ton jeu. il rit, et tu te détends immédiatement ; son allégresse a quelque chose de contagieux. haha, faites pas cette tête ! je plaisante. même si en effet je ne pense pas que vous croyez sincèrement en dieu. tu songes un instant à jezebel, à ses traits froids et figés, comme un masque de cire - jezebel qui t'avait dit, il te faut croire en quelque chose, où tu seras emporté par les marées. croire, c'est s'enraciner. tu es ivre : c'est à peine si tu réalises que tu glousses comme un collégien. sinon, je dirai que votre vérité est… cette histoire de mariage.

pour le meilleur et pour le pire, dit-on : katrina, aux deux extrêmes. première lettre aux corinthiens, onzième verset - les cloches de l'église ont retenti pour elle, un glas lent et morne, comme il se devait.

- ah-ah ! perdu. tu t'es relevé ; tu sembles incapable de rester en place. on dirait qu'aucun de nous deux n'est très bon à ce jeu. les yeux grands ouverts maintenant, fébrile. alors, à moins que tu n'aies plus de secrets à dévoiler... tu lui tends une main blanche et froide - les siennes sont toujours sales, mais ça t'est visiblement sorti de l'esprit. viens danser.





avatar
Popularité : 75

HP & QUIDS
QUIDS: 397
HP:
100/100  (100/100)
DARKCRY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Mar 27 Fév - 20:32

musique - Raté ? Vraiment ?
Tu en doutes. En revanche, tu es un peu plus certain que ce jeu devrait s’appeler « celui qui ment le mieux ». Pour le moment, tu ne peux décider d’un gagnant - mais il est fort, très fort. Cela dit, tu n’as spécialement envie de pousser les choses trop loin, de peur que quelque chose s’échappe du bout de tes lèvres. Tu regretterais toute ta vie de t’être vendu au premier venu pour quelques gorgées d’alcool. Tu es définitivement plus malin que ça et il est temps de faire honneur à ta véritable nature.

Azraël te tends la main et t’invites alors à danser. Si tu étais en mesure de refuser, tu le ferais, pour sûr. Mais la liqueur te monte à la tête et tes idées deviennent floues. Ton partenaire d’un soir - sans sous-entendu - semble bien à l’aise à l’idée d’aller se déhancher sur la piste de danse et cela t’arrache un rire sincère. À tel point que tu ne sais pas à quel instant vous aviez commencé à vous tutoyer exactement.

« Ok. Ok. Par contre je crois que tu vas me battre pour ça, je tiens à peine sur mes jambes. »

Tu poses le verre sur le comptoir, titubes un peu, pouffes de rire comme une adolescente et lui attrapes la main maladroitement. Tu te laisses guider dans la masse, loin d’être dégoûté par cette dernière comme tu l’étais un peu plus tôt. C’est fou ce que l’alcool peut faire - elle vous rend jovial, tolérant, drôle.

Pendant quelques courts instants, tu redeviens toi-même. Angoissé, méfiant, mal à l’aise. Tu sens sa main froide comme la mort. Tu as peur, mais juste une seule seconde. La suivante, te voilà nouveau bercer dans l’ivresse.

Alors tu danses, et tu perds le peu de crédibilité que tu as. T’as l’air ridicule, mais dans le noir, avec la musique à fond, t’oses espérer que tu te fondes dans le décor. Tu mets tes bras en l’air, tu hurles comme un dingue, ta voix se casse en mille morceaux, t’as le visage rouge et tu fais peine à voir. Mais hey, tu t’amuses.

« Dix quids que tu peux pas baisser le pantalon de ces deux mecs derrière ! »

Dis-tu en pointant les victimes d’un nouveau mauvais jeu.


skip the beat


avatar
Popularité : 114

HP & QUIDS
QUIDS: 220
HP:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Mar 27 Fév - 22:28


sa main est brûlante dans la tienne.
tellement que ça te ferait presque chaud au coeur s'il battait encore - en temps normal, ce serait comme une décharge électrique, un rappel inflexible de ce que tu es devenu. c'est un sentiment écarlate. ok. ok. par contre je crois que tu vas me battre pour ça, je tiens à peine sur mes jambes. tu l'entraînes dans la foule - des flashs de couleur, des silhouettes sans visage : une masse humide et vivante, exaltée. tu ne vaux qu'à peine mieux que lui - tu chancèles et chavires, comme un navire en tempête. dans la pénombre, on ne voit pas ton visage ; c'est pour toi comme une libération.

sixte danse - plus ou moins. on pourrait appeler ça danser, comme on pourrait appeler ça une crise d'épilepsie ; ça te fait rire, de bon coeur, un rire écorché mais authentique. tu fais de ton mieux pour le regarder bien en face, mais entre ses mouvements hystériques et les tiens (tu fais quelque chose à mi-chemin entre de la danse contemporaine et de la tektonik), ton champ de vision est intégralement flou. dix  quids que tu peux pas baisser le pantalon de ces deux mecs derrière ! tu n'es pas à dix quids près, mais l'alcool aidant, tu déculotterais qui que ce soit pour la moitié d'un twix. tu déculotterais ta propre mère. tu déculotterais JESUS CHRIST. tu te redresses, le regard plus étincelant que la boule à facettes.

- TENU ! tu hurles par-dessus la musique. les deux mecs en question te tournent le dos, frétillant en rythme. tu t'étires de toute ta hauteur, prends une profonde inspiration, et tu NARUTO RUN en direction de tes victimes. en deux temps trois mouvements, tu les saisis tous les deux par la poche arrière de leurs jeans respectifs, et tu te laisses tomber au sol, dans un grand bruit de déchirure (scrRRRRRTCH), immédiatement suivi de cris de protestation (ou de confusion). tu détales à toute vitesse dans l'espoir de te fondre dans la foule de danseurs, ricanant comme un abruti, et entrainant ton nouveau camarade dans ton sillage (par la manche, cette fois, tu n'es pas un lover des marécages). une fois hors de portée de quelconques représailles, tu reprends difficilement ton souffle, secoué de gloussements pas très gracieux. tu t'apprêtes à remettre la mise en jeu (de type : trente quids que tu te déshabilles intégralement et que tu cours autour de la salle jusqu'à ce que la sécurité t'attrape) quand un bruit soudain attire ton attention, tout près, à ta gauche : une jeune femme plus ivre que les autres a laissé tomber une bouteille sur le carrelage - éclatée en un millier de morceaux de verre. elle s'est penchée pour en ramasser les morceaux, maladroitement, ses doigts effleurant les bords coupants sans les saisir tout à fait.
elle saigne.

c'est l'odeur qui te prend à la gorge en premier : une odeur tiède et vivace, obsédante. tu es pris d'un haut-le-coeur - tu as faim, bordel, tu ne devrais pas être là, il faut que tu t'approches, il faut que tu sortes. tu n'arrives pas à détourner le regard ; ses mains éraflées, tendues en ta direction comme une offrande. tu portes les tiennes à tes lèvres, comme une muselière. tu voudrais t'éloigner, mais tu es comme paralysé sur place.

- il faut que je parte, tu balbuties d'une voix basse et pressante. il faut que je parte. il faut que je parte tout de suite.





avatar
Popularité : 75

HP & QUIDS
QUIDS: 397
HP:
100/100  (100/100)
DARKCRY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Mer 28 Fév - 1:26

musique - TENU ! Et le bougre n’hésite même pas. C’est presque comme s’il se jetait à ces pauvres pantalons en salivant. Peut-être qu’il n’attendait que ça depuis le début de la soirée : réveiller la bête. Tu t’arrêtes de danser et le vois partir, tu pouffes de rire et essayes de paraître discret quand ces types sont à la recherche d’Azraël à peine une demie seconde après le crime. Ils parlent déjà de lui arracher la tête et c’est à ce même instant que tu te dis qu’il est temps de rejoindre ton compagnon d’infortune.
Une partie de toi est pourtant d’avis de le laisser filer et ne plus jamais le revoir - il y a peu de chances que vous vous retrouviez après ça. Pourtant, tu ne peux pas te faire à l’idée que tu as vraiment besoin de t’amuser davantage ce soir et seul, ça n’a plus aucune saveur.

Tu te faufiles entre les énergumènes endiablées sur la piste, peine à te frayer un chemin dans ce labyrinthes de corps suants. Tu fronces les sourcils, à la recherche de la seule silhouette qui te semble familière. Tu réalises qu’elle est facile à notifier : elle est figée. Tu parviens à peine à voir son visage d’ici mais tu devines très vite que cela n’a rien de rassurant. Et plus tu t’approches, plus tu comprends.
Au sol, une fille ramasse les débris de sa maladresse, il y a un peu de sang - ou de l’alcool très visqueux, mais vu le regard assoiffé plaqué sur le visage du brun, tu en doutes.

« Oooon va y aller hein. Allez, Azraël. »

Dis-tu nerveusement en le prenant par le bras. Son corps est étrangement figé par rapport à tout à l’heure - mais tout aussi froid.

Tu le traînes tant bien que mal. Ce serait tellement plus simple de l’abandonner à sa véritable nature et tu n’es pas sûr de comprendre pourquoi il s’empêche de faire un massacre dans la boîte, ce n’est pas comme si qui que ce soit allait l’enfermer derrière les barreaux pour un quelconque crime. Qui sait, les freaks ne sont peut-être pas si terribles.

À l’extérieur, c’est comme une seconde vie. Un air frais, un silence de mort - paradoxalement. Tu soupires de soulagement.

« Tiens, tes quids. »


Tu les lui glisses directement dans sa poche.

« Evite de bouffer qui que ce soit devant moi, je veux pouvoir dormir tranquillement cette nuit. T’habites où ? Je te dépose. »


skip the beat


avatar
Popularité : 114

HP & QUIDS
QUIDS: 220
HP:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Mer 28 Fév - 2:46


sa main dans la tienne et à son doigt, une bague.
d'or jaune : un rayon de soleil sur sa peau.
katrina, belle comme au premier jour.


passé une certaine heure, toutes les femmes ont pour toi le même visage - celle-ci ne fait pas exception. faute d'exercer la prière, il te faudrait peut-être envisager l'exorcisme. oh, tu te souviens de sa saveur sur ta langue : clandestine, illicite, adultère - comme des jeux interdits. sa main, nue, entre vos draps.
tes canines s'enfoncent dans ton propre poignet : une douleur sourde et nécessaire, une camisole de force. une pression, et c'est toi qui saigne - un ersazt peu convaincant mais une distraction nécessaire. oooon va y aller hein. allez, azraël.

deux forces opposées ; tu te laisses entraîner avec toute la mauvaise volonté du monde, profondément reconnaissant. c'est contre-instinctif - un prédateur mutilé. ton coeur n'y est pas ; n'y est plus. sa main, ouverte, inerte.
tu l'as laissé en lettonie, avec tout ce qui t'est cher.

dehors, il n'y a plus trace de l'attaque, déjà assimilée par la ville monstrueuse, avalée, oubliée. pas de corps, plus de foule - l'odeur de la poudre, ténue mais bien là. le silence, à la fois oppressant et rédempteur : tu laisses tomber ton bras le long de ton corps, précautionneusement, un filet vermeil dégoulinant sur l'asphalte, goutte à goutte. tiens, tes quids. un poids dans ta poche, carillonant. tu n'as même pas la force de protester. évite de bouffer qui que ce soit devant moi, je veux pouvoir dormir tranquillement cette nuit. t'habites où ? je te dépose. tu te sens nauséeux - un contre-coup de l'alcool, déjà ; une punition adéquate.

- je ne mange pas les gens. tu protestes, mais la conviction n'y est pas. tu as le souffle court. vraiment. la voilà, ta vérité de la soirée ; mieux vaut tard que jamais. tes yeux écarquillés se plantent dans ceux de sixte : tu voudrais le remercier, mais les mots de viennent pas - trop orgueilleux, trop maladroit. tu indiques la direction de ton immeuble d'un hochement de tête ; je suis juste là. tu t'avances, titubes, te rattrapes de justesse à un lampadaire. sixte. pourquoi est-ce tu n'as pas peur que je te morde ?




avatar
Popularité : 75

HP & QUIDS
QUIDS: 397
HP:
100/100  (100/100)
DARKCRY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Mer 28 Fév - 3:10

musique - Etrangement, tu n’arrives pas à croire qu’il mente. Je ne mange pas les gens. Ca sonne si innocent. Mais, alors, quoi ? Un vampire végétarien ? Drôle d’affaire. Mais tu lui offres à nouveau le bénéfice du doute, bien que ce soir, à en témoigner par son état et celle de sa main, tu aurais plus tendance à le croire. Tu restes les bras ballants, inexpressif, à l’écoute. Il semble dans une lutte intérieure - ou bien est-ce l’apocalypse dans sa tête ? C’est difficile à dire. 
C’est cependant bien la première fois que tu es heureux d’être humain à Dedale. Tu n’as pas à lutter contre ta véritable nature pour survivre.
Se battre avec les autres, c’est déjà toute une épreuve. Se battre avec soi-même, c’est un jeu mesquin de vie ou de mort.

Vous commencez à marcher dans un silence religieux qui te fait dessaouler assez vite - tu ignores si c’est une bonne chose. Tu imagines que oui, ce sera plus simple de rentrer à la maison avec les idées claires.

Azraël titube. Un peu plus tôt, il était à plat sur le sol en train de parler du bon dieu. Tu as du mal à réaliser que tu as passé la soirée avec la même personne et ça t’arrache un sourire.
Tu te décides à lui filer un peu d’aide en te glissant sous son bras et en le hissant sur ses jambes en le retenant par la taille. Faire copain-copain avec un vampire ne faisait pas parti de tes plans mais.. pourquoi pas, après tout.

Cela dit, il te pose une question qui te fait tiquer. Une question à laquelle tu réponds simplement :

« Et pourquoi est-ce que tu n’as pas peur que je te tue ? »

Sourire.

« La réponse est la même, j’imagine. »

En haut de la rue, vous voilà face à la bâtisse. Tu pousses la porte d’entrée et la montée des escaliers jusqu’au bon étage fut un véritable supplice - ton corps n’est pas entraîné pour des situations aussi… extrêmes.
Une fois devant la porte indiquée par Azraël, tu te stoppes.

« Je te laisse ici. Ou je dois te traîner jusqu’à ton frigo ? Tu as deux secondes pour réfléchir parce que j’ai grave envie de pisser à cause de cette foutue bière. »


skip the beat


avatar
Popularité : 114

HP & QUIDS
QUIDS: 220
HP:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Mer 28 Fév - 14:01



play me - ça va faire près de cinq ans, maintenant.
cinq ans que tu n'as attaqué personne - cinq ans que tu résistes à tes besoins fondamentaux, tes vices intrinsèques, ta malédiction, cinq ans que tu ne cèdes pas à l'appel du sang. c'était difficile au début  : absurde & contre-nature, comme s'empêcher de dormir. le corps contre l'esprit - dissociés, ennemis. tu es en état de famine perpétuelle ; elle t'enveloppe comme une seconde peau. cinq ans - c'est long, cinq ans. on voudrait croire qu'avec le temps, ça deviendra plus facile : c'est faux. ta résistance s'érode comme un métal rouillé.

et pourquoi est-ce que tu n’as pas peur que je te tue ?
la réponse est simple : à dedale, il est une proie, et tu es un prédateur. jeux de sémantiques ; dans les faits, la situation est nettement plus nuancée. tu n'as pas peur qu'il te tue parce qu'en réalité tu n'en as pas grand chose à faire - concrètement, ça fait un sacré bout de temps que tu es mort.  et puis pour être tout à fait honnête, il n'a pas l'air très dangereux, sixte ; sixte et son bras autour de ta taille, qui te sourit au lieu de partir en courant - la réponse est la même, j'imagine. s'il se comporte de la sorte avec tous les suceurs de sang de l'île, tu ne donnes pas cher de sa vie.

vous gravissez les escaliers de ton immeuble marche par marche, jusqu'au sixième étage - tu es presque certain que vous auriez pu prendre l'ascenseur, mais pour une quelconque raison, tu omets de le mentionner. c'est un véritable supplice, mais l'effort semble dissiper les effets de l'alcool ; arrivé à destination, tu te sens presque lucide. je te laisse ici. ou je dois te traîner jusqu’à ton frigo ? tu as deux secondes pour réfléchir parce que j’ai grave envie de pisser à cause de cette foutue bière. tu es déjà en train d'extirper tes clés de la poche arrière de ton pantalon, mais son honnêteté crue - presque vulgaire - t'arrache un ricanement ; tu n'es peut-être pas si sobre que ça, finalement. juste incroyablement fatigué. tu ouvres ta porte en grand.

- tu peux utiliser ma salle de bain.

ton appartement est immaculé, comme une pièce-témoin dans un catalogue ikea. sans te retourner, tu indiques vaguement la direction de ladite salle de bain et te précipites dans ta cuisine. tu retires une large gourde de jus de betterave de la porte de ton réfrigérateur, à laquelle tu ajoutes deux minuscules pilules abandonnée dans un placard. ça devrait suffire jusqu'à demain - du moins, tu l'espères. tu te laisses glisser au sol, adossé au mur ; maintenant, c'est toi qui a l'air d'un sans-abri.

- merci de m'avoir raccompagné, tu dis à voix très basse - tu n'es pas certain qu'il t'entende depuis l'autre pièce, mais c'est plus facile comme ça. je m'en souviendrai.




avatar
Popularité : 75

HP & QUIDS
QUIDS: 397
HP:
100/100  (100/100)
DARKCRY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Mer 28 Fév - 16:51

musique - Tu regardes autour de toi, prends le temps d’observer les lieux. Tu as rarement vu un appartement aussi dénué de personnalité. Tout est rangé, à sa place, seulement quelques meubles utiles ici et là habillent la pièce dans une sobriété presque dérangeante. Ton regard s’arrête sur Azraël qui se jette sur tu ne sais trop quoi. Et plus tu le fixes, plus tu admets que cet appartement est à son image.

Lorsqu’il se laisse glisser sur le sol, tu te dis que tu devrais l’aider à se relever pour s’allonger. Mais tu ne bouges pas, tu ne cilles pas. Tu n’es pas doté d’une grande empathie et l’alcool évaporé, tu ne sais plus trop comment tu dois te comporter. À croire que tu dois te saouler pour devenir un être social comme il se doit.

Tu le quittes un instant pour aller dans la salle de bain et te soulager. Sans surprise, comme toutes les autres pièces, celle-ci est sans saveur mais a au moins le mérite d’être rangée. Tu en profites pour jouer au parasite et ouvrir les quelques placards. Tu ne sais pas trop ce que tu cherches. Une preuve pour fuir, une preuve que tout va bien. Ou juste un indice.
Mais rien.

Tu soupires et retournes vers Azraël en le tirant par le bras pour le relever.

« Lève-toi. »

Dis-tu doucement en le guidant vers le canapé.

« C’était plutôt sympa en tout cas. »

Tu souris.

« Fais gaffe où tu marches la prochaine fois par contre. »

C’est en riant que tu t’en vas, paisiblement, lui faisant un dernier signe de la main.

Mais la paix ne dure jamais bien longtemps.


skip the beat


avatar
Popularité : 114

HP & QUIDS
QUIDS: 220
HP:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé) Jeu 1 Mar - 23:14
Le mot de la fin

Skip the beat FT. Azraël et Sixte

Et c’est comme ça qu’il est parti. Sans demander son reste, sans rien promettre d'une suite, ou d’une nouvelle rencontre. Pourtant ce soir ils ont sauté le pas, ils n’étaient plus de vulgaires inconnus. S'offrant sans le savoir un océan de possibilités. Et si le hasard voulait qu’ils se retrouvent bien plus tard ? Dans une énième ruelles, à l’intérieur d’un club sordide ou dans une église sanctifiée. Et si l'occasion se présentait une nouvelle fois, d'exprimer d’autres vérités, susurrer d’agréables mensonges ? Boire encore pour rire et tout oublier du grotesque de cette ville.

Peut-être retrouveront-ils Michel, dont le postérieur fut si sauvagement agrippé. Ou encore ces deux autres anonymes, toujours contrariés d’avoir été ainsi exposé !

Azraël tiendra-t-il sa promesse ? S'en souviendra-t-il quand, même le jour venu, sa tête sera trop lourde des excès de la veille ? Se rendra-t-il compte que Sixte a fouillé ses affaires ? Sixte s’éclipse rieur, mais s'est-il lavé les mains avant de fouiller avidement les placards de son hôte ? Parviendra-t-il à rentrer chez lui sain et sauf ?

Autant de questions auxquelles ils ne répondront pas aujourd’hui. Hélas ce soir, une page se tourne, un autre chapitre démarre.


avatar
Popularité : 165
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksinthecity.forumactif.com
MessageSujet: Re: skip the beat Ϟ azraël (terminé)
skip the beat Ϟ azraël (terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Beat Box (Extrait Nouvelle Star)
» GS, Bad beat et autres fun stories
» Période d'essai terminée : Gray
» Un Champagne Millésimé - Chasse terminée
» BDI (break a durée indéterminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Dedale
 :: Curaçao :: Night Club
-
Sauter vers: