FREAKS !

Partagez|
MessageSujet: in tenebris luminis // azraël [Y] Dim 4 Mar - 20:18



y voir pour y croire
L'ENFER EST PAVÉ DE BONNES ATTENTIONS


Ce n’était pas ton intention première, pourtant t’es là. T’es devant sa porte. Quelques jours se sont écoulés depuis votre curieuse et désagréable rencontre. T’as résisté, t’as fais de ton mieux. Tu t’es répété « il n’en vaut pas la peine » une bonne vingtaine de fois. Oui, t’as fais de ton mieux. Ce n’est pas grave. Trouve-toi l’excuse que tu veux.

Tu entres. La même odeur de poussière et de renfermé. Le même bordel. Ah. Pas le même occupant. Deux pas en avant à peine que ton dos se retrouve affligé d’une bien lourde charge. Il est armé. Un coup, deux coups. Des râles. Au tour de tes côtes de souffrir. Tu rages à grands cris - rien ne peut te mettre plus en fureur que d’être pris en embuscade. Or il t’en faut peu pour reprendre le dessus.

Fate whispers to the wolf « You cannot withstand the storm » and the wolf whispers back, « I am the storm ». On ne tire pas la queue du loup sans risquer de se faire mordre.

Tes doigts serrent, les os de ses poignets craquent. Tes poings frappent, sa mâchoire se disloque. Tes crocs mordent, son ventre part en lambeaux. Rares sont les fois où tu t’adonnes à une pareille sauvagerie. Le contact de la chair, son odeur et la vue du sang ne sont pas des visions alléchantes - cher ami, tes dégoûts sont aussi étranges que ton choix de laisser la vie sauve à ton assaillant.

Lentement, avec cette nonchalance soignée qui t’est propre, tu réajustes tes vêtements, tes cheveux puis finalement ton souffle. L’un se tord de douleur, l’autre s’en gargarise. Joli tableau.

Pas assez stupide pour t’en aller et laisser ce méfait sans explication, tu choisis le lit comme piédestal à ta victoire. Un roi ne pourrait être mieux installé.

Tu attends et tu n’attends pas en vain. Une heure passe. Une seule. Des pas dans le couloir. Un bruissement sur le pallier. Ton ouïe ne peut te trahir. La personne qui t’apparaîtra n’est certainement pas l’hôte de cette chambre - l’intuition. Intuition juste.

Noir comme un corbeau. Voilà qui est intéressant.Il entre. « Enchanté. » Tu souris de toutes tes dents.


BAD BLOOD
avatar
Popularité : 115

HP & QUIDS
QUIDS: 130
HP:
100/100  (100/100)
LIGUE DES VILLAINS
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: in tenebris luminis // azraël [Y] Dim 4 Mar - 21:49


FRANTIC - tu traverses daïquiri d'un pas léger, rasant les murs.
il est dix-neuf heures passées : tu as abandonné l'un de tes subordonnés dans l'appartement de sixte, cet après-midi, sans toi. il est compétent, mais pas irremplaçable - tu peux te permettre de ne pas presser le pas quand tu composes son numéro de téléphone et que personne ne répond. tant pis : ce n'est rien de plus qu'un inconvenance mineure. un manque de politesse,  à la rigueur.

arrivé devant l'immeuble, tu hésites un instant - tu pourrais appeler du renfort, peut-être. nivea, ou cancer ; un prédateur, dans tous les cas. tu décides que ça n'en vaut pas réellement la peine - s'il reste qui que ce soit dans cet appartement, il doit être en piteux état, ou au moins vidé de ses forces : ton agent ne se serait pas laisser maîtriser aussi facilement. tu montes les escaliers, avec la nonchalance délibérée d'un homme qui peut prendre son temps - tu te demandes vaguement si par hasard, sixte aurait pu rentrer avant toi et se trouver dans une position incomfortable ; mais non, c'est improbable. il est loin d'être stupide, et il gardera ses distances jusqu'à ce que tu aies remis sa petite vie pathétique dans l'ordre. la porte est entrebaillée - de l'autre côté de la cloison, tu perçois deux respirations. la première est lourde et saccadée, douloureuse - la seconde pourrait difficilement être plus calme. il t'attend, sans doute - toi, ou sixte. mais tu serais prêt à parier que c'est pour toi.

un pas en avant, puis deux - te voilà dans la lumière, exposé, à visage découvert ; ton visage d'albatre et de feu, impassible. enchanté. une grimace qui pourrait être un sourire - un flash de canines et d'incivises, ensanglantées.
tu te tiens droit dans l'embrasure - une silhouette haute et longiligne, vêtue de noir ; tes mains jointes, et dans tes yeux - dans tes yeux quelque chose qui ressemble à la déception si intime qu'une mère éprouve pour son enfant. recroquevillé sur le parquet, une masse écorchée mais vivante - inconsciente, de toute évidence. il ne se réveillera pas de sitôt.
et sur le lit, le loup. il a les cheveux rouges ; & comme une joie sauvage, insolente, indicible. s'il souffre, il le cache bien.
tu lui rends un sourire également carnassier.

- bonsoir. kaboom, c'est bien ça ? tu refermes la porte derrière toi, et t'y adosses - insouciant, désinvolte. c'est une visite de plaisir. il semblerait que nous ayons comme une... divergence d'opinion, vous et moi. tu prononces ce mot comme s'il te faisait injure - c'est une indélicatesse, un manque de courtoisie. ô combien regrettable. azraël. enchanté.




avatar
Popularité : 75

HP & QUIDS
QUIDS: 397
HP:
100/100  (100/100)
DARKCRY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: in tenebris luminis // azraël [Y] Dim 4 Mar - 23:38



y voir pour y croire
L'ENFER EST PAVÉ DE BONNES ATTENTIONS


L’élégance s’habille du carnage et les mauvaises intentions se font en gants blancs. Aussi à l’aise que courtois, le charme vampirique à son apogée. Tu lui prête les traits de ces merveilleux comédiens de théâtre italien - ceux aux capes de soie noire et rouge et aux masques blancs à long nez pointu. Azraël. Nom aux promesses alléchantes.

Ton sourire s’élargit et tes iris scintillent. Un enfant déballant ses cadeaux un matin de Noël, tu ne pourrais émettre meilleure métaphore de ton état. « Une divergence d’opinion, dis-tu. » Tu ne vouvoies que ceux que tu méprises. « Je dois comprendre, vu l’accueil qui m’a été fait… » Tu ne tutoies que ceux qui t’intéressent. « … Que ton opinion prévaut sur la mienne. »

Lentement tu t’étires et, paré de cette même lenteur, tu extirpes une cigarette de ton paquet. L’allumette craque. La fumée s’envole. Tu te lèves. « Puis-je connaître les fondements de celle-ci avant de t’exposer les fondements de la mienne… Afin que meilleur procès me soit fait. » Ce serait regrettable d’en venir aux mains - t’en être servit une fois suffit pour aujourd’hui.

D’ordinaire tu évites les individus de son espèce. La peur n’y est pour rien. Le mépris en revanche… Quantité de créatures peuvent se targuer de ne pas avoir bon droit à tes yeux - et les dernières d’entre elles à pointer d’une croix noire sont les vampires. D’où vient tant de fiel ? Ta mémoire n’est pas assez fiable pour te le rappeler.

L’ordinaire est ailleurs. Un je-ne-sais-quoi inexplicable mais non moins surprenant te pousse à dévorer du regard ton interlocuteur. Déjà, son odeur est particulière - ensuite c’est son aura, tout à fait singulière. Snow a des amis aussi attrayants que lui.

Lui, le frêle et misérable agneau. Lui, le pathétique petit insecte. Lui, trop faible pour se défendre seul. Quelle mauvaise blague. Ah. Tiens. L’écran de son ordinateur s’allume. Un goût de déjà-vu. Tout à fait dans le ton des évènements présents et à venir…

Qui du loup ou de la chauve-souris épousera le mieux cette nuit ? Pourquoi pas les deux


BAD BLOOD
avatar
Popularité : 115

HP & QUIDS
QUIDS: 130
HP:
100/100  (100/100)
LIGUE DES VILLAINS
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: in tenebris luminis // azraël [Y] Lun 5 Mar - 14:03


DRESSEDTOKILL - tu maintiens son regard, sans ciller.
c'est un théâtre de nô - tu incarnes, tour à tour, chaque rôle. celui sauve & celui qui blesse ; la lumière d'abord, et puis les ténèbres. promesses et trahisons - azraël, fratricide.  à la comédie de la vie, on ne peut jouer qu'à deux : tu n'es beau joueur que lorsque tu gagnes. ô toi qui entre ici, ôte toute espérance.

il a l'air content de te voir : mieux, il est ravi. ses sourires sont comme autant d'éraflures. une divergence d'opinion, dis-tu. tu hausses un sourcil - tu n'as pas l'habitude qu'on te tutoie aussi vite. la plupart des gens éprouvent pour toi un sentiment immédiat de déférence ; tu vois bien, déjà, que kaboom n'est pas la plupart des gens. je dois comprendre, vu l’accueil qui m’a été fait... que ton opinion prévaut sur la mienne. en bon prédicateur, tes convictions font lieu de loi.
tuez-les tous...

il allume une cigarette, la porte à sa bouche, indolent. se lève, enfin : il est grand, lui aussi. tu n'en attendais pas moins. à forces égales, les enjeux sont très différents. puis-je connaître les fondements de celle-ci avant de t’exposer les fondements de la mienne… afin que meilleur procès me soit fait.

... dieu reconnaîtra les siens.
tu ne réponds pas tout de suite - tu t'approches, à pas comptés, si près que son odeur féroce vient te prendre à la gorge ; féroce & carnaire, un parfum de fièvre, de folie furieuse. tu fais glisser la cigarette entre ses doigts, délicatement ; prends une bouffée. âcre sur ta langue - de sang & de cendres. feux de forêts ; indomptables. tu ne l'as pas quitté des yeux - d'aussi près, il t'est plus facile de discerner son visage. il a les traits canoniques d'une image pieuse - vertueuse, mais damnée.
il est beau, pour un monstre.

- il a été porté à mon attention, tu énonces à voix basse, qu'il serait dans tes habitudes de t'en prendre aux plus faibles que toi. trêve de savoir-vivre : tu peux le tutoyer, toi aussi. impartial : indentique. je suis venu m'assurer que cela ne se reproduirait plus. tu replaces la cigarette entre ses lèvres - il y a de la tendresse, dans tes gestes. allons. ce que tu as fait à sa mâchoire ? c'est d'un vulgaire. tu souris. mais tu sais, kaboom... j'aimerais savoir ce qui t'a poussé à de telles extrémités. vraiment ; je suis curieux. éclaire-moi..

avatar
Popularité : 75

HP & QUIDS
QUIDS: 397
HP:
100/100  (100/100)
DARKCRY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: in tenebris luminis // azraël [Y] Lun 5 Mar - 15:13



y voir pour y croire
L'ENFER EST PAVÉ DE BONNES ATTENTIONS


Il soupçonnait que ce n’était pas lui qui suivait le parfum, mais que c’était le parfum qui l’avait fait captif et l’attirait à présent vers lui, irrésistiblement. P. Süskind.

Bien peu de choses peuvent distraire tes sens les plus enfouis, les plus aiguisés. Ils sont tes armes, tes remparts à la vulnérabilité. Alors, mon doux ami, le loup sortirait-il du bois ? Avoir à toucher, être touché - un fléau semblable à la peste, de celles qu’on exècre avec véhémence. Alors, mon doux ami, le loup baisserait-il sa garde ? Je ne vois ni ton habit de sauvage ni tes yeux de furie.

Ta cigarette se fait putain et tu te fais client. Une curieuse valse se met à l’oeuvre, doucement, sûrement. Ton poitrail se soulève. Un flottement. « Le vulgaire est la trace que laisse la prise au dépourvu. » Un pas en arrière. « En toute honnêteté, je suis peu friand de contact physique. »

L’angle change, tu t’assieds dans le fauteuil accolé au bureau. De biais, juste un regard, juste un battement de secondes. « À moins qu’on ne me force la main, j’agis plus finement. » Ton sourire renaît, inquisiteur des eaux troubles où vous plongez centimètre après centimètre.

« Bien. » L’écran s’allume. Tu relâches tes épaules, avances ton horizon au devant des fichiers en pagaille. Tes doigts pianotent, des contrôles d’accès s’effacent. Tu mets à nu le premier dossier - des centaines de photos où corps et parties de corps se font concurrence en plaies, mutilations et douleurs.

« Le cabinet de curiosités de l’agneau blanc… » Un autre dossier - plusieurs vidéos où pauvres diables rivalisent d’ingéniosité quant à leur mise à mort. De revoir ce panel de tragédies humaines te procures un vague sentiment d’inconfort - les faibles t’agacent. Le reflet d’un miroir des années passées ?

Tu bascules la tête en arrière, appuyant ta nuque à la rondeur du cuir. À la lumière de la fenêtre, entre sol et plafond, la poussière danse. Tes yeux retrouvent leurs énigmatiques confrères. « Lorsqu’il m’a trouvé le nez dans ses petits secrets, il a paniqué - sans doute. Il a plus ou moins tenté de se dédouaner en balbutiant qu’il ne savait pas pourquoi il conservait tout cela. »

Un léger rire t’échappe. « Je comprends maintenant que l’agneau n’est pas si blanc. Il ne t’aurait pas demandé de l’aide pour me faire taire s'il n’avait été, comme il me l’a prétendu, qu’une victime. » Un autre flottement. « Éclairé ?  »


BAD BLOOD
avatar
Popularité : 115

HP & QUIDS
QUIDS: 130
HP:
100/100  (100/100)
LIGUE DES VILLAINS
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: in tenebris luminis // azraël [Y] Lun 5 Mar - 17:30


CULTOFLAMB - cela fera bientôt cinq ans que tu ne fumes plus.
ton passage de la vie à la mort t'a fait perdre le goût de bien des choses - des vices et des affections, des afflictions terrestres. la saveur de l'interdit vient t'égratigner la gorge ; faute de calumet de la paix, de ses lèvres aux tiennes. en toute honnêteté, je suis peu friand de contact physique. tu es loin de le blâmer - tu penses au front de sixte contre ton cou, vingt-quatre heures plus tôt, à peine ; le contact brûlant de sa main dans la tienne. à la réflexion, c'est à ce moment-là que tu as réalisé qu'il te mentait - tu le soupçonnais, bien sûr, mais cet instant fatidique a scellé tes certitudes. il n'y a pas plus dangereux qu'un homme qui fait de son mieux pour apparaître vulnérable.

ton vis-à-vis s'est éloigné, trois pas prudents mais gracieux, puis t'a tourné le dos - rien qu'une seconde, pour s'installer face à l'ordinateur. une machine bruyante et vétuste, définitivement obsolète ; minable, en accord avec le reste de l'existence de son propriétaire. tu viens prendre place derrière le bureau, ta curiosité attisée - tu te laisses tomber sur le bras du fauteuil bosselé, prenant soin de ne pas bousculer son occupant ; & finalement, l'écran s'allume.

c'est un dossier d'images, protégé par une série de mots de passe qui disparaissent les uns après les autres, dévoilant une série de portraits macabres - de corps estropiés, de peaux meurtries. le cabinet de curiosités de l’agneau blanc. un travail d'amateur, clairement authentique ; les mots de sixte te reviennent intempestivement, comme un écho important : j'ai été accusé d'un crime que je n'ai pas commis. de toute évidence, tu ne t'étais pas trompé : entre ces eaux, on ne trouve que des coupables. hors de l'église, bien sûr, point de salut. kaboom fait défiler des vidéos, maintenant - des adolescents, principalement, aux visages blafards et effarés, occupés à se donner la mort pour le bon plaisir de la caméra - de sixte, peut-être. c'est un spectacle pitoyablement humain, de quoi te donner la nausée ; ces silhouettes muettes, déformées par la douleur. il a plus ou moins tenté de se dédouaner en balbutiant qu’il ne savait pas pourquoi il conservait tout cela. toi, bien sûr, tu sais pourquoi : les tueurs aiment à contempler leurs trophées. autant de souvenirs sordides, pour alimenter l'orgueil du survivant. le loup rit - un rire rauque et musical, incandescent. il ne t’aurait pas demandé de l’aide pour me faire taire s'il n’avait été, comme il me l’a prétendu, qu’une victime. éclairé ?

tu jettes un dernier coup d'oeil au moniteur - aux carcasses inertes, inexpressives & hantées, pourtant. tu es surpris de constater qu'elles te mettent mal à l'aise ; trop petites et trop frêles, fragiles à l'identique dans leurs agonies. tu t'arraches à ta contemplation pour replonger des yeux hantés dans ceux de ton acolyte. il est si près que tu peux sentir la chaleur de sa peau - mais tu ne le toucheras pas.

- je vois, tu finis par asséner d'une voix égale - presque attristée. bien sûr, voilà qui change la donne. tu viens te mordre la lèvre inférieure, pensif. une sale habitude. quelles sont tes options, maintenant ? sixte... son nom prends des consonnances très différentes, maintenant, ne m'a jamais paru aussi faible qu'il ne veut bien le faire croire. mais, dis-moi. tu souris. pourquoi est-ce que ça t'importe autant ?

avatar
Popularité : 75

HP & QUIDS
QUIDS: 397
HP:
100/100  (100/100)
DARKCRY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: in tenebris luminis // azraël [Y] Lun 5 Mar - 21:10



aux âpres venins
DES SERPENTS QUI DANSENT


Sixte. À présent tu connais son prénom - cela ne fait pourtant aucune différence. Aux confins des limbes de ton esprit, son image ne s’est ni sublimée, ni altérée. Il demeure et demeurera toujours une curieuse créature à visage d’ange et peau de glace.

Tes pensées vagabondes au delà de la fenêtre d’où tu distingues les faisceaux jaunâtres des lampadaires. La nuit déploie son ombre d’encre - en mère attentionnée, elle t’extirpe hors de tes brumes. Pourquoi t’importe t-il ? T’importe t-il autant ? « Je ne sais pas pourquoi. » Tu es, en effet, incapable de trouver une explication à l’intérêt qu’il te suscite.

L’écran de l’ordinateur s’éteint. Tu te lèves en silence. Azraël. Son masque n’est pas le même que Sixte. Il ne déguise pas l’innocence. Tu le contemples, sans gêne aucune. Un large vide vous sépare pourtant il te semble si proche, si proche que tu n’oserais faire un geste. « Dis-moi… » Si proche, si proche que tu n’oserais - mais tu le souhaiterais. « Qui es-tu ? » À part l’épée et le bouclier des faibles. À part un vampire aux allures de héros shakespearien.

L’immobilité est la qualité des statues, non la tienne. Alors tu t’animes, tu dessines un cercle autour de lui. Un serpent aux charmes précieux - une tâche de sang sur la neige. Il t’attire comme la lumière attire les insectes. Tu n’es jamais qu’un loup. « Nous partageons les mêmes crocs… » Tu n’es jamais qu’un chasseur. « Partagerions-nous les mêmes démons ? »

Ô combien de démons se déchirent tes chairs lorsque le feu se présente à toi, lorsqu’un souffle de vie s’éteint entre tes mains. Ô combien d’infernales bêtes aboient à ton âme d’abattre ses remparts de morale. Un monstre qui regarde un monstre, sait-il alors qu’il est monstre ? Toi, tu le sais.

La nuit, non plus en mère mais en amante, te rappelle à tes devoirs. La lune sera bientôt pleine. Tes iris se fendent. Tu cesses de te mouvoir. Si tu n’oses faire un geste, oserais-tu l’inciter à t’accompagner jusqu’au lever du jour ? Plus que de la curiosité, c’est un besoin sourd qui t'enfièvre. Un besoin de pouvoir être à deux qui vous êtes réellement.


BAD BLOOD
avatar
Popularité : 115

HP & QUIDS
QUIDS: 130
HP:
100/100  (100/100)
LIGUE DES VILLAINS
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: in tenebris luminis // azraël [Y] Lun 5 Mar - 22:59


CULTOFLAMB - c'est un grand numéro d'immobilité.
les opposés s'attirent, il paraît - il louvoie autour de toi, comme autant d'arabesques. tu n'esquisses pas un geste ; ta force est dans l'absence - de mouvements, de scrupules, de coeur. c'est un équilibre fragile et tangible, comme un araignée au centre de sa toile - la moindre vibration pourrait démolir l'édifice, alerter les proies. je ne sais pas pourquoi. des désirs primaux ; un appétit animal, de lui pour sixte, comme un fauve affamé - comme un lion, comme un loup. l'écran de l'ordinateur vire au noir, mais la pièce est toujours pleine des spectres qu'elle contient ; des images qui laissent sur l'esprit des traces indélébiles - le dessin des desseins sordides de celui qu'il y a dix minutes à peine, tu étais prêt à défendre.

dis-moi... qui es-tu ?
tu as tant de réponses à donner à cette question, mais aucune ne sonne juste. tu n'es rien qu'un prêtre ; rien qu'un amant déçu. rien qu'un monstre à deux têtes ; une pièce, en équilibre sur sa tranche. tu es trésor d'ingéniosité, une mine de ressources - inconstant, protéique. le verbe-lumière. nous partageons les mêmes crocs… partagerions-nous les mêmes démons ?
tu te lèves, finalement, leste et agile, grâcieux - tes démons à toi n'ont qu'un seul visage, archangélique. d'or et de sang, sur le coton ; tu n'es pas près de les partager avec lui, ni avec qui que ce soit. ses bras autour de ton cou, et hier, le front de sixte - s'il y a bien une chose qui t'exaspère, c'est d'être pris pour un imbécile. vraiment, ça t'agace : ça n'est que trop familier.

- tu peux garder sixte, tu murmures. tu t'es rapproché, & son souffle chaud vient te brûler la peau. si tel est ton désir. un pas de plus - corps contre corps, maintenant, et dans ses yeux des éclats orangés, changeants ; comme des feux follets. on pourrait s'y perdre. veille seulement à ne pas trop l'abîmer, veux-tu ? quelque chose de précieux - de l'ambre. du bronze. ta voix baisse d'un ton de plus. je n'ai que faire des démons, loup. ta main vient effleurer une déchirure dans sa veste - le travail de ton agent, sans aucun doute. languissante. je suis un exorciste.
avatar
Popularité : 75

HP & QUIDS
QUIDS: 397
HP:
100/100  (100/100)
DARKCRY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: in tenebris luminis // azraël [Y] Mar 6 Mar - 13:46



aux âpres venins
DES SERPENTS QUI DANSENT


Ta peau se pare d’épines à la tiédeur de son souffle - et ce n’est pas tant celui-ci que sa personne toute entière qui te brûle comme le ferait un vent caniculaire. Ce territoire sur lequel il t’entraîne par les chaînes de son audace ne t’est en rien familier.

Cependant, tu n’es pas assez naïf pour ne pas comprendre les tenants du jeu qui s’y installe. Séduire ? Tu n’as jamais séduit que des femmes. Inciter ? Tu n’as jamais inciter que du danger.

Mais comment vivre sans inconnu devant soi ? L’excitation en vaut bien la chandelle. Il a lancé les dés. À ton tour. « Si je te disais que sous ma peau de loup… » Ta bouche à l’orée de sa nuque. « …Se cache un terrible démon. » Le battement de ses veines à la lisière de tes canines. « M’exorciserais-tu ? »

Le tic tac d’une horloge invisible.

Tes yeux se fixent sur la fenêtre. La pleine lune, là, trônant dans la nuit noire - patiente reine. Les nuages s’y baignent, s’y trempent. On dirait des bouts d’océan coagulés. L’or et le fer s’épousent, tes iris renaissent à leur forme primaire. Tu t’écartes, romps la chaleur emmêlée de vos corps. Or les chaînes demeurent et ta curiosité, ta vorace curiosité également.

Un élan, mué par l’animal et compris par l’homme, de tes doigts à ses mâchoires. Aussi léger qu’une bise, aussi ardent qu’une braise. C’est lui que tes yeux fixent à présent. « Si ce démon s’échappe, le poursuivrais-tu ? » Accepterais-tu de me suivre jusqu’aux aurores ?.

Vouloir est un verbe aux branches variés. Tu veux Sixte pour toi, comme un roi veut le plus beau joyau pour orner sa couronne. Tu veux Azraël à tes côtés, comme la tempête veut le tonnerre pour faire plier les cieux.

Vouloir est un verbe aux humeurs changeantes. Il s’associe souvent à l’éphémère. Demain, que voudras-tu ?


BAD BLOOD
avatar
Popularité : 115

HP & QUIDS
QUIDS: 130
HP:
100/100  (100/100)
LIGUE DES VILLAINS
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: in tenebris luminis // azraël [Y] Mar 6 Mar - 14:29


COULDNEVERBEHEAVEN - exorciste, purificateur ; ensorceleur.
tu ne sais que trop bien attiser les passions. il s'en faut de si peu - d'un souffle et d'un rictus, d'un regard appuyé. & prendre les devants, toujours : stupéfier d'insolence. azraël, impudique - pendue à tes lèvres, la promesse d'un sourire. que faire du loup ? m'exorciserais-tu ? faute de théâtre, c'est une valse, maintenant - deux puissances aux extrêmes, magnétiques ; on ne désobéit pas aux lois de la physique - les opposés se repoussent, les opposés s'attirent. tu as toujours le temps de danser ; mais le veux-tu ? ses lèvres effleurent ta nuque, t'arrachent un frisson - cloué sur place, enchaîné à l'instant présent comme jésus à la croix ; ô, tes engouements bibliques, ta dévotion perverse - ambivalent, entre deux ciels.

tu parcours du regard sa silhouette solide et compacte, concrète - que faire du loup, vraiment ? tu as l'impression de l'avoir cerné : c'est une créature de l'immédiat, des plaisirs instantanés - il a voulu sixte, et donc il l'a pris ; ses joies sont imminentes, comme le sont ses colères. une imprédictabilité de catastrophe naturelle : kaboom, cataclysme. la saveur du napalm, sur ta langue ; tu as pris goût aux explosions. on ne se fait pas ennemi de l'oeil d'un cyclone - tu es le calme après la tempête, le sublime contre-point. on compte les corps ; pleure les disparus. et puis tout recommence. de ses doigts à ta peau : des airs d'ataraxie. il semblerait que sixte ait pour talent d'attirer les forcenés - leurs violences excessives, leurs tendresses obsessionnelles, leurs appétits : insatiables. cela fait des années maintenant que tu es affamé. si ce démon s’échappe, le poursuivrais-tu ? maintenant, c'est toi qu'il veut -  tu te laisses toucher, permissif : comme une invitation. pour une minute, au moins ; soixante secondes en enfer.

- même s'il venait à s'échapper ; de plus en plus bas, un filet de voix, tout au plus. le ton des confidences - délicieusement intimes, des aveux interdits. je le retrouverais. tu viens enrouler ta main autour de son poignet : oh, charmeur de serpents ! vampire, vipère. je suis un homme persistant.

avatar
Popularité : 75

HP & QUIDS
QUIDS: 397
HP:
100/100  (100/100)
DARKCRY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: in tenebris luminis // azraël [Y] Mar 6 Mar - 16:22



aux âpres venins
DES SERPENTS QUI DANSENT


Ton attention s’éviscère entre le calme feutré de sa voix et sa main nouée à ton poignet. Tu payes cher tes élans physiques - tu le touches, il te touche. Plutôt fairplay. Or ce n’est pas désagréable, en cela tu t’étonnes. Pas de mouvement de recul, pas de fuite en avant. Je suis un homme persistant. La chute vers le silence. La chute, profonde et longue.

Ce qui distingue l’homme de la bête, c’est que la bête n’est pas toujours obligée de lutter pour ne pas se comporter comme un homme. Tic, tac. Tic, tac.

Elles s’étirent, tes lippes, engoncées dans leur satisfaction. Sous leur robe, tes dents luisent - elles ont faim, faim d’une indéfinissable pitance. Alors ton poignet se libère. Se mettre à nu n’est pas qu’affaire de mots. Tes vêtements tombent à vos pieds. Tic, tac. Tic, tac. Adam habillé de l’obscur. Adam dont la peau ne dévoile que ceux que les reflets de la nuit souhaitent.

Tic, tac. Tic, tac.

Ton dos se voûte, cathédrale de douleur. Tes os se morcèlent, fondation du monstre. Tes chairs se déchirent, autel de magie noire. La lune opère, amante ou mère, elle t’accueille en son sein. Azraël. Ici se dresse le loup. Immense et beau. Le loup à l’étole aux reflets d’or, de rouille et d’argent. Enchanteur et sinistre. Le loup aux intentions humaines.

Tu serpentes autour de ses jambes, cherches ses doigts - qu’ils creusent des sillons oblongues entre les soies de ta fourrure. Plus de non dit, plus d’hésitation. Tu l’invites à te suivre par le fil d’ariane tendu entre vos regards.

La ruelle est habitée par des fantômes. L’air est froid. Les arbres mouvementés. Sans bruit aucun, tu chemines, ne te défaisant pas de sa proximité - aussi nouvelle que souhaitée. Une pensée t’anime. Une pensée précise et dangereuse. Une pensée aiguisée comme un rasoir. Il te faut la concrétiser, il te faut la lui imposer.

Un passant, étourdit et chancelant, un passant au sucré parfum de rhum. Concrétiser. Un battement d’aile de papillon. Une minute - le flou de ton saut à sa gorge. L’étouffement d’un cri, le sang empâtant ton palais. Tu laisses aux pavés le soin du corps et t’en retournes à ton serpent d’Eden.

Tu l’engloutis de ton ombre, le coinçant entre elle et le mur avoisinant. L’homme revient, ne restent du loup que ses iris et le carmin de ses dents. Une main à sa droite, une main à sa gauche, paumes contre le béton. Souffle contre souffle. « Prêche ta pitié, exorciste. J’ai péché. » Le danger s’épouse lorsque le libre-arbitre se prostitue.


BAD BLOOD
avatar
Popularité : 115

HP & QUIDS
QUIDS: 130
HP:
100/100  (100/100)
LIGUE DES VILLAINS
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: in tenebris luminis // azraël [Y] Jeu 8 Mar - 2:15


COULDNEVERBEHEAVEN -
son corps, illuminé par la lune, prend des reflets opalins.
il s'effeuille en silence - son habit de textile, d'abord, puis son habit d'homme ; de chair et de peau, d'os mis à nus, un exosquelette fractionné pour mieux se reconstruire. apparaît le monstre ; vient louvoyer entre tes jambes, couler entre tes doigts. sa parure de satin, rutilante - autant d'objets précieux. tu ne vaux pas mieux qu'un autre : comme les oiseaux, tu es attiré par ce qui brille.

quand il se dirige vers la porte, tu n'hésites pas une seconde : oublié, sixte et ses passe-temps diabolique, sa collection putride ; oubliées, tes belles intentions, tes promesses indicibles, ton petit numéro de chevalier servant - tu sors. les vents de la nuit viennent remplir tes poumons, écorcher ta gorge ; mornes présages. une tempête, imminente. tes pas sur les pavés, à son rythme canin - leste et léger, égorgeur, homicide. il te faudrait admettre qu'il a quand même de l'allure, quand il tue : une bête de légende, aux crocs assassins. tu détournes le regard ; non pas par pudeur, mais par respect - le festin d'un autre, dans la jungle de dedale, a quelque chose de sacré. des odeurs de suc et de sucre, et presque immédiatement, le parfum doux-amer d'une mort violente - mielleux, pour attirer les mouches ; guider leurs essaims aveugles.

son corps, chastement censuré par les ténèbres, contre le tien.
chastisé ; crucifié. prêche ta pitié, exorciste. j’ai péché.

oh, le gout du sang sur sa langue ; capiteux, exaltant. ses lèvres sur les tiennes quand enfin tu l'étreins, galvanisé ; muscles contre muscles, et tes mains, dans son dos : trois griffures. & tu viens murmurer, à son oreille, dans un souffle brûlant ;

- c'est à genoux qu'on prie, loup.


avatar
Popularité : 75

HP & QUIDS
QUIDS: 397
HP:
100/100  (100/100)
DARKCRY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: in tenebris luminis // azraël [Y] Jeu 8 Mar - 3:26



aux âpres venins
DES SERPENTS QUI DANSENT


Au fer rouge le pêcheur sera marqué, par Dieu seul il sera jugé.

C’est sa bouche qui te marque, c’est sa voix qui te juge. Sanguinolente valse à deux temps, aux amers saveurs et tièdes salives. Le baiser n’est jamais qu’un noeud de pulpes - n’est jamais qu’un noeud de muscles. Mais lorsqu’il se défait il n’est plus qu’un cri de rappel.

C’est ton premier, ton unique, à l’épée, à la lame, à la pointe. C’est ton premier, ton aveu, ton abandon au masculin. Non… Azraël n’est pas un homme. Un ange, c’est un ange, un dépossédé des champs de bohème, une idole des églises reniées - ton serpent, ton serpent d’Eden.

Il murmure, il intime. Le loup s’apprivoise. À genoux. Le loup délaisse son trône. Ne sont plus vivantes que ses aspirations, ses inspirations ; la cascade lente, lente et sinueuse de ses mains sous le chaste du tissu, sur les pans de son épiderme. Comme un cloque entre tes doigts, il te calcine, il t’alarme. Tu le fais taire à l’affleurement de tes lèvres qui, compagnes de tes paumes, cheminent jusqu’à l’autel de la prière.

Tu en crochète la serrure ; ses bas abandonnent quelques centimètres de son aire - tes doigts rampent jusqu’au galbe de ses fesses - la, logées entre l’humide du ciment et la chaleur de sa peau, elles s’enfoncent. Tes yeux dévisagent, envisagent, remontent vers les siens, redescendent vers l’entre de ses jambes. Tu souris. La gueule du loup se referme, se remplit.

Tu te fais violence pour ne pas y laisser tes crocs, pour ne passer laisser l’extase sous l’habit de famine t’emporter dans une sauvagerie pas encore attendue, pas encore bienvenue. Brûlant, entre les carnes de ta gorge, allant et venant au gré de ton souffle et de tes plaintes sourdes et béates. Le sexe d’un ange n’est-il pas la plus belle absolution que puissent offrirent les Cieux ?

Ses veines se redéfinissent sous ta langue - tu soupires, désires, soupires encore - rapide, obligeant, à l’orée de permettre l’extase. L’arrêt, vicieux, cruel. Ta bouche qui, infidèle, remonte jusqu’aux parfums de son cou. Tes mains qui, concubines, cherchent entre leurs ovales offrandes le moyen de te payer ton obéissance. Tu reprends ton trône.

Langoureux, tu te colles à lui, remontes l’une de ses cuisses contre l’une de tes hanches ; à voix basse, à voix de loup, entre ses cheveux, entre ses écailles. « Azraël, délivre moi du Mal. » Délivre-moi de cette faim qui me ronge les entrailles et m’occulte la vue pour ne plus me laisser que l’image de ta crucifixion à la chair de ma croix.


BAD BLOOD
avatar
Popularité : 115

HP & QUIDS
QUIDS: 130
HP:
100/100  (100/100)
LIGUE DES VILLAINS
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: in tenebris luminis // azraël [Y] Mer 14 Mar - 11:04


fireproof - à genoux devant toi, des allures de pénitence.
consumé dans l'étreinte - sa chevelure de flammes, écarlate et dorée, aux reflets multiples ;  un je-ne-sais-quoi de nostalgique qui rappelle l'adolescence - ses échappées lyriques et ses baisers volés, des appétits ébauchés, débauchés, dérisoires. kaboom a quelque chose d'attachant ; des noeuds coulants dans l'estomac qu'on s'acharne à défaire et qui étreignent les doigts - des décoctions acides, de l'or & du nitrate ; si le loup était un diamant, on s'y couperait. pressurisé, délité jusqu'à l'os - en érosion, sur ta peau. il fait patte de velours, pourtant ; oubliés, les crocs. aux injonctions providentielles, les hommes ne résistent jamais.

des mains profanes aux sacrées puis d'un coeur à l'autre - les doigts séraphiques tracent le relief de tes désirs sordides, et tu ne vois plus, déjà ; tu vois autre. on parle ici d'élévation, la plus noble qui soit : plus qu'au dessus des hommes, c'est au-dessus du ciel. aux enceintes des églises et aux portes blindées des synagogues - les amours d'azraël ont ça de commun avec la religion : les revanches latines et leurs dieux calcinés, ses fidèles sous les flots - une arche, gigantesque, échouée sur la rive : la foi sine qua non. lui qui a tant voulu croire n'a pourtant qu'une seule certitude - un nom à sept lettres, désincarné. c'est elle que tu conjures quand déjà tu t'approches de l'orgasme ; son visage, imprimé sur tes paupières closes.

disparaît quand il s'arrête - éparpillé.
une créature d'élan et de fougue, aux mouvements exquis ; aux prétentions intolérables. tu as beau savoir ce qu'il veut, tu ne peux te résoudre à le lui offrir si obligeamment - pas cette fois, du moins, pas si vite. usé, désabusé : au fond, tu n'es rien de plus qu'un angélique égoïste. tu t'autorises quelques instants de plus l'ébullition de son contact, te dégages enfin ; viens jouer, du bout des doigts, entre ses jambes - en tracer les veines, enserrer la base : oh, cette chaleur impossible, neuve et inédite. c'est regrettable, mais tu ne peux pas. même dans ces conditions, il t'est impossible de tromper ta morte. mais comment lui dire ? il ne comprendrait pas. délivre-moi du mal qui veut me détruire, car je m'abrite en ta présence.

- le mal m'attaque sans arrêt, tu récites, à son oreille. il gagne souvent et m'anéantit. une dernière pression, et tes mains remontent sur son torse - froides sur sa chair en feu. ne te méprends pas, loup ; je t'estime à ta juste valeur. mais d'égal à égal, l'équilibre est fragile - on ne joue pas à ces jeux-là.

tu t'évapores entre ses bras, n'y laissant que du textile ; te réduis et t'envoles, dans un bruissement d'ailes qui vient troubler le silence. de grandes démonstrations de métamorphose - d'un côté et de l'autre. de la terre et des cieux ; et toutes les dimensions, entre deux. des forces opposées - complémentaires.
tu le retrouveras : tu en es certain.

avatar
Popularité : 75

HP & QUIDS
QUIDS: 397
HP:
100/100  (100/100)
DARKCRY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: in tenebris luminis // azraël [Y] Mer 14 Mar - 16:48



aux âpres venins
DES SERPENTS QUI DANSENT


Dans un murmure, le battement d’aile d’un oiseau de nuit - le silence et l’abandon qu’il t’offre à chasser.

L’éphémère de votre échange, un recueil à la première page noire d’encre, à la seconde vierge d’un futur à venir.

Ce n’est pas tant la frustration qui alourdit tes épaules, c’est l’impatience d’accrocher tes yeux aux siens - ce jour prochain, ce jour certain, où vous serez à nouveau deux.

Ce n’est pas tant la crainte ou le doute qui enlisent tes pensées, ce sont les questions, fourmilles sans travail, ces questions qui stagnent, qui stagnent et que lui seul est en mesure de diluer.

Et plutôt que de partir en homme, poursuivre les heures jusqu’à l’aube ; tu pars en loup, embrasser tes démons par ce Mal qui te plaît tant.

Par ce même Mal dont tu as reconnu les traits sous le lisse de sa peau, la tristesse de ses mots, l’énigme de son parfum aux volutes de regret.


BAD BLOOD
avatar
Popularité : 115

HP & QUIDS
QUIDS: 130
HP:
100/100  (100/100)
LIGUE DES VILLAINS
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: in tenebris luminis // azraël [Y]
in tenebris luminis // azraël [Y]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Dedale
 :: Daïkiri :: Chinatown
-
Sauter vers: