FREAKS !

Partagez|
MessageSujet: dark road ahead Ϟ joli coeur Mer 7 Mar - 19:01

musique ; Au loin, l’horizon éternel.
Depuis deux mois, j’m’abandonne à la contemplation. Je ne cesse de penser. De réfléchir. De trouver une solution. Un moyen de partir, de fuir. J’attends je n’sais trop quoi, peut être une bouteille à la mer ou juste un bateau dans lequel me hisser pour retourner jusqu’à Detroit. J’en peux d’jà plus. J’ai la tête en feu. Je marche, je m’épuise sur le sable, au bord de l’eau - elle est gelée. Putain, j’en ai marre. J’en ai marre, marre, marre. Parce que dans cet horizon éternel, y a rien. Que du bleu à perte de vue, ça m’fout la gerbe et la haine à la fois.

Je passe mes mains sur mon visage et je respire fort, comme si ça allait m’aider à surmonter cette nouvelle épreuve. Mais y a rien marche, bordel ! Rien qui va droit ! Rien qui va comme j’voulais et j’pense sans cesse à mes mioches que j’ai laissé comme un abruti avec des promesses à deux balles.
J’commence à donner des coups de pied dans le vent, ça fait voler le sable et l’eau devant moi. Cette rage, j’aurais jamais dû la contenir face à ce type armé qui m’a fait monté dans le camion.

J’me laisse tombé sur le sol. Abattu. Je repose mes coudes sur mes genoux, et je fixe l’horizon. Cette longue route sombre que je ne peux emprunter. J’en chiale, juste une larme. Mais il y a un bruit derrière moi qui m’coupe, nettement.
J’essuie mon visage, maladroitement. Puis j’me retourne, mollement. C’n’est qu’un gamin, maigrichon, qui n’a sans doute pas sa place ici non plus. Je soupire, repose mes yeux sur l’océan.

T’es v’nu observer la beauté du paysage aussi hm ? Dis-je d’un ton presque ironique. Car il n’y a rien de beau sur Dedale. Ni son sable fin, ni son eau transparente. Rien.
BY MITZI
avatar
Popularité : 13

HP & QUIDS
QUIDS: 80
HP:
100/100  (100/100)
FREE PEACE PARTY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: dark road ahead Ϟ joli coeur Mer 7 Mar - 20:56
AND THEN THE sun came crashing in


Il se balade le coeur léger, les mains dans les poches, une tige d’herbe au coin de la bouche. Il se balade le pas dansant et le regard curieux. L’air marin lui fait du bien et s’il pouvait le garder contre ses joues sa vie durant, il le ferait. Au détail rapproché, le cadre n’est pourtant pas très enjôleur. Le sable est un peu sale, l’eau un peu tourmentée et les oiseaux piaillent sans discontinuité. Que voulez-vous ? Joli Coeur voit de la beauté où d’autres voient de la laideur.

Chemin faisant sans direction certaine, il se retrouve balloté entre deux dunes ensemencée de petits galets. Il s’arrête. Il sourit. Il inspire. Profite de ce jour comme si c’était le dernier que t’aies à passer sur Terre ! Son adage, son adage préféré - il ne tiendrait pas le coup à Dédale sans se le répéter quotidiennement. Il ne tiendrait pas le coup s’il ne s’offrait pas non plus le charme de ses balades.

Ses balades en bord de mer, ce sont les meilleures. Elles le sont à cause des mouettes. Il adore les mouettes.

Oh… Ses yeux s’envolent vers une silhouette. Ce n’est pas une mouette, ah non. C’est plus gros. C’est un homme. Sois discret Basile, ce n’est pas poli de pénétrer l’espace privé de quelqu’un. Il essaye de s’approcher et remarque à mesure de son avancée que l’homme en question a triste mine. Zut, la discrétion l’abandonne. Il se fait repérer. T’es pas doué mon p’tit gars.

T’es v’nu observer la beauté du paysage aussi hm ? Penaud, tu te frottes le crâne. « J’aime bien les mouettes. » Il adore les mouettes. « Vous êtes malheureux ? » Il n’a pas de tact - mais il a du savoir-vivre. Que dis-je, il est le savoir-vivre. Alors il sort un joli bout de tissu blanc de sa poche et le lui tend, la moue paisible. Il est un peu surpris de trouver une autre âme errante ici. D’ordinaire, il n’y a que lui - ou alors des ivrognes, mais ça c’est la nuit - la nuit, Basile, il dort.

Vraiment, il a triste mine. Le pauvre homme. Ah tiens, il est noir. Il est un peu lent à la détente. Je n’en croise pas souvent. C’est joli comme couleur pour une peau. Il est un peu ailleurs. Ne le regarde pas de trop près Basile, sinon tu vas l’éponger. Ce n’est pas drôle d’être une éponge, c’est gênant devant les gens et ça coûte cher en mouchoirs.






DREAM WALKER
avatar
Popularité : 16

HP & QUIDS
QUIDS: 400
HP:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: dark road ahead Ϟ joli coeur Mer 7 Mar - 21:24

musique ; Ses mots sont presque délicats pour être vrais. Pendant un moment j’me dis que c’est sans doute un imposteur, rien d’plus. Mais même s’il en est, qu’est-ce qu’il va pouvoir me faire avec ses brindilles en guise de bras ? J’veux dire, j’suis d’jà mort, qu’est-ce qui peut m’arriver d’pire de toute façon ?

Mort. Ca fait déjà des mois mais c’est toujours dur à assimiler. C’est fou. On dirait une connerie que grandma’ pourrait m’sortir. ‘Ma elle a plus toute sa tête et j’me demande même si elle est encore vivante. À tous les coups, ouais. C’tait une grande femme. J’suis sûr qu’elle a survécu à tout c’bordel et qu’elle est en pleine forme. Mais dans l’fond j’espère qu’elle est plus d’ce monde. C’est moche ici, y a plus rien à voir, plus rien à croire.

Le gamin m’tend alors un mouchoir et m’demande si j’suis triste. J’le regarde en haussant un sourcil. Je n’sais pas trop quoi répondre ni comment refuser délicatement - il semble fragile. Un peu comme un coquillage. Intriguant mais une fois le pied dessus, crac.

J’arrête de le fixer, ça m’intéresse pas vraiment de discuter avec un gars complètement high de toute manière. Nah frérot, je dis, c’est pas du malheur, c’est juste de la colère. Je pointe du doigt le tissu. Tu devrais garder ça, t’en auras sans doute plus besoin que moi ici.
J’peux pas mentir, dire que c’est un grain d’sable dans l’oeil. Quel intérêt ? Tout le monde chiale ici. Certains en silence, sans une larme. D’autres en hurlant.

T’aimes les mouettes, hein ? J’le regarde encore, un court instant, avant de lâcher un rire. J’ai jamais entendu un truc aussi perché depuis que ch’uis là. Tu sais que ces machins là c’est plein de maladie et qu’ça bouffe tout ? Nah, j’suis pas très animaux. Fais gaffe, y en a p’têt’ une qui va te gober un jour.
BY MITZI


avatar
Popularité : 13

HP & QUIDS
QUIDS: 80
HP:
100/100  (100/100)
FREE PEACE PARTY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: dark road ahead Ϟ joli coeur Mer 7 Mar - 23:29
AND THEN THE sun came crashing in


Frérot ? Basile et les surnoms - une grande histoire d’incompréhension. Sa tête bascule sur le côté, il écarquille les yeux. Une carpe Koï n’aurait pas plus drôle d’allure. Arrêtes un peu, restes droit. Ah, il te rend ton mouchoir… Tu tiques, un peu déçu de ne pas avoir réussi à te rendre utile. Une larme pour de la colère, ça reste une larme - il faut l’essuyer ou elle peut ne jamais s’arrêter de couler.

Basile, il en connaît un rayon sur les larmes. Quand on pleure tout le temps, on fini par devenir expert, expert en larmes. Mh. Ça fait beaucoup de larmes tout ça.

Il n’est pas le plus doué pour interagir comme les normes le veulent mais il a le mérite d’être sincère. Toujours. Une pensée le traverse, il la révèle. C’est comme ça. Ça a toujours été comme ça. Alors forcément, quand on lui dit « perché » et quand on critique son volatile préféré - le tout, dans la même foulée… C’est compliqué de retenir sa verve. « Dites pas ça. Déjà, une mouette, c’est trop petit pour m’avaler. Puis ça mange des poissons. Je ne suis pas un poisson. »



Oh non. Il va me trouver bizarre… Il me trouve déjà bizarre ? Il va te trouver bizarre. Merde. Tu passes la main devant son visage comme si, par grâce divine, tu pouvais effacer de sa mémoire les deux minutes précédentes. « Vous vous appelez comment ? » Il rebondit, c’est bien - en plus il est curieux de la réponse. Curieux de l’individu tout entier, en fait.

Basile, quand il ne connaît pas une personne, il aime bien en imaginer le prénom. Pour un type aussi imposant, c’est compliqué d’imaginer adroitement… Hercule ? C’est un peu téléphoné, un peu facile. Non, ce doit être plus joli, plus sonore. Un peu comme sa voix. « Vous avez une joli voix. » Quand je disais : une pensée le traverse, il la révèle…

On repassera pour la normalité - t’es fichu mon p’tit gars. Une deuxième fois, tu agites ta main devant ses mirettes. « Moi, c’est Basile. » Allez, respire. Tu souris. Les méandres nébuleuses de ton cerveau s’entortillent. Le mot « colère » réapparaît. Presque aussitôt, tu poses une main sur l’une de ses épaules - la gauche, parce que tu préfères toujours le côté gauche des choses.

« Pourquoi vous êtes en colère ? » S’il ne prend pas ses jambes à son cou, c’est qu’il vaut la peine d’être entendu et, plus largement, connu. Ça, c’est ton deuxième adage préféré : « montre-toi sous ton vrai jour et le jour de l’autre se montrera clair » ou un truc dans le genre.






DREAM WALKER
avatar
Popularité : 16

HP & QUIDS
QUIDS: 400
HP:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: dark road ahead Ϟ joli coeur Mer 7 Mar - 23:53

musique ; C’est qui ce type,  même ? J’en avais jamais vu des comme ça. Il parle comme un enfant dans un corps de grand. Mais j’ai appris à mes mômes à bien se comporter avec les gens et à respecter la différence, j’peux pas m’permettre de me moquer ni d’me tirer sans répondre. J’ai été ce sale type, j’ai changé. Pourtant j’ai l’impression qu’cette île fait ressortir en moi tout ce qu’il y a d’pire et d’sombre. Je soupire. Je dois pas m’laisser bouffer par mes propres démons. C’est le genre de truc que ‘ma dirait. Parfois j’aimerais qu’elle soit là, qu’elle me remette dans l’droit chemin. J’ai toujours tout fait par moi-même depuis l’adolescence, mais il m’faut un guide, des conseils, une épaule sur laquelle me reposer.
Mais pas lui. Si j’me repose sur ce gars il va se casser en deux et j’ai pas l’impression qu’il bite tout c’que j’raconte.

Il me complimente et j’fronce les sourcils. Yo gars, t’es chelou un peu, calme tes fesses tu m’mets pas à l’aise…
Je fronce les sourcils, j’essaye de pas le regarder mais j’ai comme l’impression d’avoir deux gros globes fixés sur moi et ça commence à me gêner - pas dans l’bon sens du terme. Vraiment pas.

Oliver. J’annonce. Mais tu peux m’appeler Ollie. Gamin, on s’foutait de mon prénom à cause de ce dessin animé avec un chat roux. Ou on m’disait que c’était un nom de blanc riche. Pas un nom de black à Detroit. Alors on s’est dit qu’Ollie ça sonnait toujours mieux.

Il se présente à son tour sous le nom de Basile. Français ? Bizarre. J’aurais pas dit. Quoi que, il paraît que les français sont un peu perchés… Croissant bonjour. Erm.
En tout cas, ce Basile est définitivement curieux et j’sais pas si c’est bon de donner plein d’informations sur soi, comme ça, sur un plateau d’argent. Mais encore une fois, c’est pas avec son corps de crevette que j’ai des raisons de m’inquiéter. De fait, je réponds : Parce que je suis coincé sur cette île pendant que mes mômes sont en train d’essayer de survivre à l’autre bout du monde. Je regarde mes pieds mais je n’vois que les visages de Rhéa et Jacob se cacher dans le placard de la cuisine tandis que je m’en vais. Parce que j’suis pas un bon père.

Je m’accorde une seconde de silence et je me rends compte que c’est embarrassant. Je me racle la gorge. T’es bien gentil mais euh… Je me penche vers lui et dis tout bas. Je suis pas intéressé par les hommes. Au moins c’est clair.
BY MITZI


avatar
Popularité : 13

HP & QUIDS
QUIDS: 80
HP:
100/100  (100/100)
FREE PEACE PARTY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: dark road ahead Ϟ joli coeur Jeu 8 Mar - 1:33
AND THEN THE sun came crashing in


Y a beaucoup trop d’informations à digérer pour ses neurones d’adorateur de mouette. Il en tomberait presque à la renverse s’il n’avait pas peur de salir son jean. Le sable, en plus, ça part difficilement au lavage. Ça s’incruste dans les plis, ça délave les couleurs et puis surtout, ça gratte. Alors il ne tombera pas à la renverse, il triera juste une par une les paroles d’Oliver.

Oh. Oliver. C’est joli. « C’est joli Oliver. » Voilà, t’as déjà perdu le fil. « Ollie aussi. » On ne trie pas les paroles n’importe comment Basile. On trie les paroles par ordre chronologique. Qu’est ce qu’il t’a dit ? Mince. C’est flou. Au Diable l’ordre. Ce qui te revient en premier, c’est sa drôle de réflexion.

Il est naturel pour l’être humain de communiquer avec ses semblables. Un être humain est soit de sexe masculin, soit de sexe féminin. Le sexe n’est pas un critère dans le choix de la communication. Alors pourquoi il lui dit qu’il n’est pas intéressé par les hommes ? Je ne comprends pas. Il ne comprend pas. « Vous êtes bizarre. » Ça te plaît un peu - pour une fois que ce n’est pas toi qui est bizarre… Attends… Non. Non, là tu agis normalement.

Y a un mot qui refait surface - enfant. Ce n’est pas l’air marin qui hérisse les poils de ta peau, ah non. C’est le mauvais souvenir qui colle à ce mot. Ce mot tu ne l’aimes pas, ce n’est pas faute d’adorer ce qu’il représente. Ce mot, il te rappelle beaucoup de larmes. Chasse-le vite où il va les faire venir. Une seconde. Pourquoi il a mentionné le mot-qu’on-ne-doit-plus-mentionner ?

Parce que je suis coincé sur cette île pendant que mes mômes sont en train d’essayer de survivre à l’autre bout du monde. Évidement quand les paroles sont au complet, c’est plus facile. Il est papa. « …Si jeune. » Cela ne va pas en s’arrangeant, Basile. Tu redeviens bizarre, à finir une phrase dont le début n’est que dans ta tête. Deux secondes. Il est papa. Ses enfa-… Ils sont seuls ? C’est terrible…

Ah. Ça y’est. Il n’aura pas tenu trente minutes. Il pleure. « Je suis désolé… Tellement désolé ! » C’est d’un chic. Merci Basile. « Vous devez être tellement triste, tellement. C’est affreux. » Tu l’aides là, c’est sûr. Mettre à l’aise en la bouclant, ça te parle ? Non, je crois que non.

Irrécupérable. Il est irrécupérable. Y’en a qui disent que c’est un don d’être aussi empathique, de s’imbiber immédiatement de la douleur d’autrui, de la comprendre - dans une certaine mesure, évidement. Je vous assure que ça n’a rien d’un don. C’est juste sacrément fatiguant.

Un léger flottement, le temps de reprendre de sa contenance. Il se mouche, essuie ses joues et pose ses yeux de merlan frit sur Ollie. Ce qu’il aimerait lui faire du bien. Ce que j’aimerais lui faire du bien.

Mh… Mais. Dis-donc… Y’a pas que les paroles qu’étaient dans le désordre - leur sens aussi. Celui du « je ne suis pas intéressé par les hommes » te frappe comme une enclume.

Passer du coq à l'âne dans 3, 2, 1... « Je ne veux pas coucher avec vous, je ne vous connais pas. » Il s’empourpre, moins de gêne que d’orgueil. C’est qu’il se vexe facilement Basile… « Vous savez, le sexe c’est très intime. Il faut que les deux personnes soient consentantes. »



Là c’est mort. T’as décroché la palme de l’Urluberlu.






DREAM WALKER
avatar
Popularité : 16

HP & QUIDS
QUIDS: 400
HP:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: dark road ahead Ϟ joli coeur Ven 9 Mar - 0:51

musique ; W h a t t h e a c t u a l f u c k ?
Il passe du coq à l’âne, j’ai jamais vu ça ! Genre, il me parle normalement, comme s’il comprenait pas de quoi je parlais, puis il chiale, et après il me dit qu’il veut pas baiser. Franchement si j’avais pas d’jà le cul sur le sol je serais tombé d’un coup. J’sais pas trop comment réagir, surtout pendant la partie il chiale. J’fais qu’hausser un sourcil, j’suis pas bon pour ça, vraiment pas bon du tout. À part quand mes mômes avaient leur malheur étant enfants, j’ai jamais su consoler quelqu’un pour de vrai. Faut dire que les enfants, leur conception du désastre est grave différente. Genre c’est facile de calmer un gamin qui pleure parce qu’il a pas eu le dernier bonbon du paquet mais que sa soeur oui. Calmer un grand type tout sec qui pleure de ma condition, là, par contre, j’suis paumé. Mais hey, cela dit, j’avais pas tord - ce mouchoir il en a plus besoin que moi au final. Dans le doute, le seul truc que j’peux faire, c’est bouger mes mains en l’invitant à s’calmer. Ce à quoi j’ajoute : Wowoh… Euh pas besoin de paniquer comme ça, ça va aller.

J’arrive pas spécialement à déterminer s’il fait exprès ou si ce gars est un véritable simplet - genre comme celui dans Blanche Neige. Oui je me suis enchaînée les Disney pour ma fille quand elle était plus petite. Si ça c’est pas du sacrifice paternel. J’en connais les chansons malgré moi.
C’est le pire.

Je me redresse et l’invite à en faire de même. Une fois sur mes pieds, une vague vient me fouette les jambes. Putaaaaaiiin… ! Et c’est froid, genre VRAIMENT froid. Je souffle. Je veux pas crever d’une pneumonie tout de suite.
Ah.
Mais en fait je suis déjà mort.

Problem solved.
Je fixe Basile. Un zombie ? Un vampire ? Un loup ? Un alien ? Je plisse les yeux pour essayer de deviner.
Nah, j’suis une bille pour ça. J’abandonne. Dans tous les cas, il risque pas de faire de mal à une mouche. Un gars qui kiffe les mouettes a des problèmes dans sa tête, c’est tout. Roh j’avais dit que j’arrêtais de juger. Reprends toi Ollie, tu penses que de la merde. Dis-moi t’as l’air un peu… du genre tête en l’air. T’es stressé ? Quitte à tuer le temps, autant jouer les psy. Plus j’en sais sur les autres, mieux j’me porte. Même si c’est pas vraiment ma survie qui importe le plus, parce qu’en soit, j’ai pas de souci à me faire.
Les autres, oui.
BY MITZI


avatar
Popularité : 13

HP & QUIDS
QUIDS: 80
HP:
100/100  (100/100)
FREE PEACE PARTY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: dark road ahead Ϟ joli coeur Ven 9 Mar - 16:46
AND THEN THE sun came crashing in


Il est rigolo ce crabe, il marche de côté. Ah, mais c’est normal, non ? C’est de là que vient l’expression « marcher en crabe » ? Il semblerait. Un jour, un vieux pêcheur lui a dit que pour conserver un crabe à carapace dur c’est tout au plus sept jours au réfrigérateur dans un sac rempli de glace ; mais il faut de préférence le cuire le jour de la pêche. Le crabe congelé se garde quelques mois, mais moins on le conserve longtemps, meilleur il est.

Ça a quel goût un crabe ?

Dis Basile… Y’a pas un autre spécimen, plus important, plus gros et plus intéressant que le crabe, à tes côtés ? Si, si. Il se frotte les yeux, gêné d’avoir encore une fois perdu le fil de ses pensées. Vous avez bougé. Avant vous aviez les pieds dans l’eau - ah c’est donc pour ça que tes chaussettes sont mouillées ? Les vagues vous ont bien eu ! Il grimace.

Dis-moi t’as l’air un peu… du genre tête en l’air. T’es stressé ? Ça, c’est une expression plutôt chouette. Plus chouette que celle du crabe. Il imagine sa tête flottant au milieu des nuages, parmi les mouettes. « J’aimerais bien ! » Alerte ! Alerte ! Ne fais pas la même erreur qu’avant, n’oublie pas que les mots n’ont pas forcément le sens que tu souhaites qu’ils aient. On se concentre !

« Pardon. Non, je ne suis pas stressé. » Il réfléchit. « Les gens pensent que je suis idiot. » Il sourit. « Un idiot, apparemment, ça me resemble. » Ses sourcils se froncent un peu. « Ma mère me disait… » Il éclaircit sa gorge, lève un doigt en l’air. « Basile, il y’a ceux qui marchent droit et ceux qui marchent de travers mais ils marchent tous sur la même Terre. » Ses yeux se perdent un instant dans le vague.

Quand elle flotte à la surface de ta mémoire, elle porte à chaque fois sa jolie robe à fleurs jaune et son chapeau de paille. C’est la tenue qu’elle portait les jours de fête mais seulement les jours de fêtes en été. Ces jours de fêtes en été, elle passait une partie de la matinée à cuisiner des tartes au citron meringuées alors elle sentait toujours bon le citron et la meringue.

« Je crois que ça veut dire que je ne suis pas idiot, que j’en ai juste l’air. » La brume s’en va, sa maman aussi ; le sourire s’étire. Il n’est jamais trop loin dans l’ailleurs Basile, il a constamment un fil qui le connecte à la réalité. Heureusement ! Imaginez - il serait perdu entre Jupiter et Neptune sinon.

« Vous savez cuisiner le crabe ? » C’est reparti… « Moi, non. » Catastrophe dans 3, 2, 1 … Il attrape le crabe gambadant près d’eux par le bout d’une pince - se fait pincer, bien évidement - hurle, le jette en l’air - il retombe sur le crâne dOliver - la panique, les bras qui s’agitent comme les ailes d’un moustique. « BOUGEZ PAS ! » La tentative de récupérer la bestiole - la tentative qui se transforme en chute à deux dans l’eau.



Il se relève, enlève les algues encombrant son pull. Berk ! Il se retourne sur son infortuné et forcé-de-l’être compagnon. Il est désolé. « Je suis désolé ! » Son infortuné et forcé-de-l’être compagnon resemble à un ours passé à la machine à laver. T’essayes, tu te retiens, t’as les joues qui gonflent, qui gonflent, qui gonflent… Tu exploses de rire - tu t’en tiens les côtes tellement t’es secoué.

C’est si bon, si bon ! Cela faisait des lustres que cela ne lui était pas arrivé, de rire autant.






DREAM WALKER
avatar
Popularité : 16

HP & QUIDS
QUIDS: 400
HP:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: dark road ahead Ϟ joli coeur Sam 10 Mar - 22:37

musique ; Plouf.
Genre, comme ça, d’un coup. Faut pas croire, c’est pas parce que c’est du sable est de l’eau que la chute est plus agréable, j’me suis explosé le cul sur un coquillage, j’ai des algues dans mes dreads et je veux même pas parler du fait que l’eau est glacé. J’me relève, j’avoue que j’ai la haine, je mate mes fringues dégueulassés, puis j’mate Basile limite en train de chialer en se roulant au bord de l’eau pour essayer de s’excuser et j’me dis que je peux pas lui casser la gueule pour ça. J’ai dis stop la violence - un peu comme dans ce dessin animé avec les requins qui disent « les poissons sont nos amis on les mange pas ». Ok, bon, je suis un requin, qui un petit poisson inoffensif, et je ne le mangerai pas.
Parce que je suis un requin symp- euh un mec sympa. J’ai vraiment trop regardé la télé avec les enfants au secours.

Puis l’autre crétin se marre. J’hausse un sourcil et bon, putain, j’avoue, j’arrive pas à me retenir du coup je me marre comme pas possible. C’est un vent frais - dans tous les sens du terme - dans cette existence pourrie. Ca fait du bien, il faut l’dire.

Mais ce genre d’action n’reste jamais impunie alors j’lui choppe le col et j’en profite pour lui glisser une (ok, douze) algue dans le t shirt et l’achève en lui lançant de l’eau au travers de la gueule en faisant des grands gestes avec mes jambes.

Essoufflé, je dis : J’crois que ta mère disait juste, qu’effectivement, tu marches vraiment de travers. Je commence à sortir de l’eau. Bon on devrait retourner au sec parce que c’est pas moi qui risque de crever de froid. Je retire ma veste et mon t-shirt pour les essorer - comme si ça allait changer quelque chose.

Dis-moi gam- euh, Basile. Comment t’as fini ici ? T’as pas le profil d’un criminel. Alors t’es quoi, une sorte d’alien, de vampire ?
BY MITZI


avatar
Popularité : 13

HP & QUIDS
QUIDS: 80
HP:
100/100  (100/100)
FREE PEACE PARTY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: dark road ahead Ϟ joli coeur Dim 11 Mar - 0:58
I THINK I WANT
YOU
IN MY LIFE


C’est dégoûtant ! Qu’est ce que ça sent mauvais ! Ça a la même texture que le truc bizarre que les anglais mangent lorsqu’ils prennent le thé - la Jelly, oui, c’est ça. Ça a la texture de la Jelly. Ça a la même couleur aussi ; mais ça ne se mange pas - enfin, tu te demandes… Ça se mange ce genre d’algues ? Il y’a des animaux marins qui en mangent - tu l’as vu dans un reportage animalier.

Basile, si tu continues, ton cerveau ne va faire que tourner autour des algues et tu n’as pas envie, n’est-ce pas, qu’il ne fasse que tourner autour des algues ? Si mon cerveau se recouvre d’algues, alors je pourrais dire que j’ai l’esprit marin ? Tu vois… Ça commence. Arrête !

Oliver, lui, il se marre - il s’est surtout bien vengé. Tu as bu la tasse sans avoir à mettre la tête sous les vagues - les jets d’eau qu’il t’a envoyé ont suffit. Petite nature… Cela ne t’empêche pas de sourire, bien au contraire. En fait, tu souris tellement que tes oreilles pourraient se décrocher. Elles le pourraient ? Non ! Oublie !

Il a dit qu’il ne risque pas de crever de froid - oui, applaudissons, tu suis la conversation - ça veut dire quoi ? « Vous êtes déjà mort ? » Intuitif notre Joli Coeur quand il le veut. « OH ! » Là, c’est le moment où il vient de capter qu’il est torse-nu. « On dirait une sculpture grecque ! » Là, c’est le moment où il reste bouche béate d’admiration. « Vous êtes très noir. » Là, c’est le moment où il sort une connerie. « Alors pas une sculpture grecque… Plutôt une tablette de chocolat géante. » Là, c’est le moment où il s’enfonce dans sa connerie.

C’est pas qu’il est maladroit - c’est qu’il est hyper maladroit. Bah… On a l’habitude. Il ne pense pas à mal, bien au contraire ; il vient de lui faire un compliment. Une tablette de chocolat, c’est beau, mais c’est surtout très bon. Oui ! C’est un super compliment qu’il lui a fait ! Si on met du chocolat sur une peau couleur chocolat, alors on ne voit plus le chocolat ? Mh. Il faudra que tu lui demandes, ou que tu tentes l’expérience - ah, mais tu n’as pas de chocolat sur toi. Tant pis.

Comment t’as fini ici ? Echo. Connexion. Prise de conscience. Ses paroles te douchent, tu blêmis. J’ai été condamné pour pédophilie mais je suis innocent ! Cela ne servirait à rien de préciser que tu es innocent, personne ne te crois jamais.

En plus, Oliver, il est papa. Tous les papas et les mamans qui t’ont rencontré, quand ils apprennent pour ta condamnation, ils te détestent tellement que, presque à chaque fois, tu lis « Meurs ! » dans leurs regards. Ces regards-là, ils te hantent la nuit.

Je ne peux pas lui dire. Il n’aime pas mentir, il a horreur de ça. Ça lui arrive si peu que, lorsque ça lui arrive, il finit toujours par se trahir - en pleurant, évidement.

Cependant, avec les années, il a réussi à peaufiner une technique mondialement connue et réputée pour rebondir : l’esquive. « Je suis humain. » Le sourire qui revient, timide et pataud. « Improbable hein ? Tout le monde me prend pour un loup-garou à cause de mon physique ! » Oh, oh. Il s’essaye même à l’humour. « Je plaisante ! » Il a un humour de merde.

Ton ventre gargouille ; cela fait des bruits rigolos. Rigolos… Rire… Flash. Ollie, il a un joli rire. « Vous avez un joli rire. » Ton ventre continue de gargouiller. « J’ai faim. » Ne regarde pas les algues, ça ne se mange pas ! « Ça vous dit qu’on mange ensemble ? » Il’y a des petites échoppes sur la jetée du port non loin. Peut-être que là-bas quelqu’un pour te dire si les algues, ça se cuisine ?






DREAM WALKER
avatar
Popularité : 16

HP & QUIDS
QUIDS: 400
HP:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: dark road ahead Ϟ joli coeur Ven 16 Mar - 13:37

musique ; On dirait une sculpture grecque.
Bon. Je vais dire que j’ai rien entendu parce que ça devient juste awkward et ça me donne envie de creuser un trou dans le sable pour me cacher. Un jour, mon pote Andrew, était venu à la maison pour me parler gonzesse. Je crois qu’il pleurnichait sur le fait de ne pas réussir à pécho et il m’a sorti quelque chose style mais c’est pas juste bro, je te trouve tellement beau, t’as tellement de succès ! On a passé cinq minutes à se fixer dans le blanc des yeux avant de s’accorder sur le fait qu’on reparlera jamais de ça. Jamais.
Du coup, depuis Andrew, bon, j’ai pas reçu de compliments de mec. J’sais, vous allez me dire que c’est super cliché et homophobe mais j’suis pas à l’aise et franchement j’suis supposé répondre quoi à ça ? Hey merci tu veux tâter mon talon d’Achille ? NO WAY.

Par conte, le vous êtes très noir me fait réagir. Je me tourne et je fais un coup de tête vers lui : Yo dans mon quartier on t’aurait cassé la gueule pour avoir dit ça. C’est vraiment que maintenant que j’y pense, il y a pas masse de noirs à Dedale. Je soupçonne un peu de racisme avec les zombies et les vampires. Ramenez mes frères et mes soeurs, putain, ça m’évitera de devoir écouter des conneries pareilles.

Humain qu’il me dit et j’suis à moitié étonné. Ce qui me fait tiquer c’est d’me dire qu’il a fait quelque chose de mal pour finir ici - mais quoi ? J’ose espérer que la justice fait encore des erreurs, parce que j’arrive pas à sentir quelque chose de mauvais dans c’gamin.

Il me propose alors d’aller manger. Je remets mon t-shirt froid et humide en soufflant et acquiesce. Pourquoi pas.

Un peu plus loin, nous nous arrêtons devant une échoppe qui vend quelques sandwichs chauds, j’en commande deux et l’invite - chose que je vais regretter quand je vais devoir payer mon loyer. La gentillesse n’a pas de prix me dirait ‘ma.

J’ai pas énormément de temps devant moi, je vais devoir aller travailler bientôt. Et me changer avant, parce que je pue le sel et l’algue alors… Mange.
BY MITZI


avatar
Popularité : 13

HP & QUIDS
QUIDS: 80
HP:
100/100  (100/100)
FREE PEACE PARTY
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: dark road ahead Ϟ joli coeur Sam 17 Mar - 15:03
AND THEN THE sun came crashing in


Oh ! Ce sandwich a un goût de paradis - « C’est trop bon ! » - Un ingrédient secret sans doute, la sauce ? Elle est orange - serait-ce, serait-ce ce fameux mélange ketchup-mayonnaise dont les Américains raffolent tant ? Il se demande. Je me demande. Il devait aussi demander autre chose mais il ne sait plus quoi. Ah. Si. « Madame, est-ce que les algues se mangent ? » - s’enquiert-il très sérieusement à l’adresse de la vendeuse lisant tranquillement un magazine derrière son comptoir.

Elle hausse un sourcil, le regarde de par-dessus ses lunettes en demie-lune. « Certaines, oui. » Réponse des plus grandioses ! Il sourit de toutes ses dents, attention reportée sur Oliver. « Vous auriez pu me manger en salade, avec toutes celles que vous m’avez enfoncées. » - sous le t-shirt, tu aurais dû préciser sous le t-shirt. Non parce que maintenant la vendeuse vous regarde avec un savant mélange de choc, de circonspection et d’amusement.

Basile il a vraiment un humour de merde.

Bon, concentration, reprenons le fil de la conversation… Oliver venait de te dire qu’il partirait bientôt, à cause du travail. C’est dommage. Je ne veux pas me retrouver seul. Il ne veut pas se retrouver seul. Ce soir, lui aussi, il doit travailler. Il doit garder deux - on ne doit pas prononcer ce mot - aliens - ça l’angoisse beaucoup. Comme à chaque fois qu’il doit garder des - on ne doit pas prononcer ce mot.

« Dites Oliver… » - on dirait Dory triste - Dory dans « Finding Nemo », c’est un film d’animation qu’il aime beaucoup - « Je peux vous garder dans ma vie ? » - c’est tout un art, vous savez, de questionner bizarrement mais sincèrement. Un art que Basile maîtrise à la perfection.

Il réfléchit. Si demain il devait ne plus revoir ce gentil jeune homme, ça le peinerait beaucoup. Il réfléchit encore. Il réfléchit trop. J’ai un peu mal au crâne. Il a un peu mal au crâne. Il arrête de réfléchir - du coup, pendant vingt secondes, ses petites cellules grises sont à l’arrêt.

Passage de la souris à l’éléphant dans 3, 2,1 …

« Vous êtes à Dédale parce que vous êtes un Zombie ? » - l’éclair de génie. C’est qu’il est très intuitif Basile et que son intuition est toujours très bonne - enfin, il y a des fois où elle lui joue des tours - mais c’est une autre histoire.

Passage du lapin à la loutre dans 3, 2, 1…

« C’est quoi votre métier ? » - toutes ses pensées s’entrechoquent, alors forcément son débit de parole s’élève et s’élève sans logique.

« C’est vrai ce qu’on dit sur les zizis noirs ? » - chuchotement - « Vous savez, qu’ils sont gros. » - là, il attend des sommets… Le pire du pire : pas une seule minute, son air sérieux et véridiquement curieux n’a flanché.






DREAM WALKER
avatar
Popularité : 16

HP & QUIDS
QUIDS: 400
HP:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: dark road ahead Ϟ joli coeur
dark road ahead Ϟ joli coeur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [LEGO] Coup de coeur"metal sonic"
» [Web] Bioniclestory updated : Dark miror chapitre 2
» Dark Heresy - Un JdR dans l' univers de 40K
» [Dark Heresy] à toulouse vendredi 28 novembre
» [Lego] Coup de Coeur: BlueStarMedia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Dedale
 :: Au-delà :: Plage
-
Sauter vers: